Bonjour, Vous utilisez un bloqueur de publicités et on vous comprend… Cependant, sur note modeste site, pas de publicité agressive ni envahissante, juste trois bannières par page qui nous aident à continuer notre travail et à proposer un contenu 100 % gratuit. Alors soyez compréhensifs, ajoutez www.lafabriquehexagonale.com à votre liste d’exceptions dans Adblock ou de désactiver ce logiciel. Merci pour votre compréhension



La Bluecar de Bolloré désormais assemblée en France

Chose promise, chose due ! Les premières Bluecar de Bolloré sont désormais assemblées par Renault, à Dieppe. Le principe avait été adopté à l’automne 2014 par les deux partenaires, l’objectif étant en outre de concevoir puis de fabriquer une Bluecar trois places. Jusqu’ici assemblée en Italie, la Bluecar va donc être désormais à très forte dominante tricolore, puisque en plus de son assemblage normand, son moteur est charentais (Leroy-Somer) et ses batteries (Batscap) bretonnes*. En plus de circuler sans bruit ni gaz d’échappement, les adeptes parisiens, lyonnais ou encore bordelais de l’auto-partage rouleront donc local. Une trentaine de personnes ont été spécialement formées pour fabriquer la petite citadine électrique** dans une zone spécialement du site de Dieppe. Un site qui fabrique également la version RS de la Clio et qui accueillera en 2016 la toute nouvelle Alpine. Logique puisque c’est à Dieppe que sont nées les A110, A 310 et autres bolides bleus. Logique également qu’elle accueille aujourd’hui les Bluecar… * Les batteries de la filiale du groupe Bolloré sont également produites près de Montréal, au Québec. ** La Bluesummer, sorte de Méhari électrique récemment dévoilée, sera-t-elle, elle aussi, assemblée par Renault ?...

Bientôt le 4 x 4 pour tous, grâce à Poclain Véhicules ?

Poclain, dont le nom s’étalait jadis sur les gros véhicules de chantier, est aujourd’hui une EPI indépendante, spécialiste de la transmission hydrostatique. L’entreprise vient d’annoncer son entrée sur le marché de l’automobile avec une solution technique made in France qui permet d’améliorer la motricité des véhicules, notamment dans des conditions difficiles — boue, neige, glace… —, sans recourir à la classique transmission intégrale et à ses inconvénients : surpoids important, consommation accrue, rayon de braquage augmenté, etc, prix élevé. Poclain installe à ce jour sa « motricité renforcée » (développée par sa filiale FAM) sur les véhicules utilitaires Peugeot, Citroën, Renault, Nissan et Dacia, mais aussi sur les récentes Peugeot 208 et 2008, Renault Captur, Dacia Stepway et Citroën Cactus. Ces petits véhicules deviennent alors de vrais SUV agiles et sûrs, tout en restant économiques et sans prétention. Selon L’Usine Nouvelle, Poclain entamera dès 2015 un partenariat avec un grand constructeur généraliste afin de mettre en circulation des véhicules équipés — option facturée 1 000 euros environ — en 2017. Espérons que ce constructeur sera français ; cela permettrait de combler en partie le retard accumulé par les marques hexagonales en termes de traction intégrale, sans devoir commercialiser des véhicules plus gros, plus gourmands et plus chers....

Les Bluecar de Bolloré bientôt fabriquées en France

Pas possible jusqu’à présent de pousser un franc cocorico pour célébrer le succès d’Autolib. Bien que le concept soit né dans l’Hexagone, que Bolloré soit une entreprise tricolore et que les batteries soient fabriquées en Bretagne, le design et la fabrication de la Bluecar sont en effet italiens. Mais cela va changer ! En vertu de l’accord récemment signé avec Renault, une partie des prochaines Bluecar seront demain assemblées chez Renault, à Dieppe. Mieux : Bolloré et Renault ont également décidé de créer en commun un petit véhicule électrique de trois places, assemblé lui aussi en France par Renault et équipé de batteries Bolloré. A cet égard, la récente décision de Carlos Ghosn de revoir à la baisse les ambitions de Nissan — dont Renault détient plus de 44 % — en termes de fabrication de batteries laisse entrevoir une éventuelle collaboration plus large de l’ex régie avec Bolloré… Enfin, il a également été décidé qu’en marge des Bleucar, des Renault Twizi et Zoé seront proposées aux futurs utilisateurs d’Autolib à Bordeaux et à Lyon, villes dans lesquelles Bolloré va étendre son concept d’autopartage, déployé depuis 2011 à Paris. Ce partenariat va permettre à Renault de « charger » ses sites de production en France et de trouver un débouché supplémentaire pour ses voitures électriques, tandis que Bolloré pourra s’appuyer sur un grand industriel au lieu de louer l’usine d’assemblage de Pininfarina — son ex partenaire —, comme il le fait actuellement. Ces grandes manœuvres annoncent sans doute aussi la futur montée en puissance d’Autolib : Londres et Indianapolis ont déjà « acheté » le dispositif, tandis que Singapour s’y intéresse très sérieusement et que de...

Avec la Weez, la voiturette made in France devient électrique

  Quatre roues, trois places, la consommation d’un aspirateur et un pilotage par smartphone interposé. La petite Weez, qui sera prochainement fabriquée en France par Eon Motors, va compléter une offre électrique qui s’étoffe petit à petit. La Weez ne viendra pas concurrencer les Zoe, Smart et autres Bluecar puisqu’il s’agit d’un véhicule sans permis, qui s’adresse avant tout aux jeunes. Elle pourrait en revanche remplacer avantageusement les voiturettes essence et diesel qui, le plus souvent, font beaucoup de bruit pour pas grand-chose… D’autant qu’en plus d’être ultra légère (250 kg) et non polluante, elle est à quatre roues motrices. Ne reste plus qu’à espérer que cette future petite voiture électrique made in France ne rencontrera pas les déboires de la défunte SimplyCity ou de la Mia, dont le constructeur vient d’être placé en redressement judiciaire. Eon Motors : mettez du Weez dans votre vie...

Petits guide d’achat des voitures fabriquées en France

  Les consommateurs prennent de plus en plus conscience que marque française ne signifie plus fabrication hexagonale. Ils sont encore nombreux cependant à penser que leurs petites Twingo ou Clio sont produites dans l’Hexagone, comme l’était jadis les petites citadines tricolores. Ce qui n’est malheureusement pas le cas. En effet, alors que Peugeot, Citroën et Renault ne sont toujours pas parvenus à imposer leurs modèles haut de gamme, y compris en France, les petits véhicules qui font leur force sont à présent le plus souvent fabriqués à l’étranger, puis importés. Résultat, comme l’expérience de la prime à la casse l’a clairement démontré : plus les fabricants français vendent des petits véhicules abordables, avec le soutien de l’Etat, plus le déficit commercial de l’Hexagone se creuse. Mauvais calcul… PSA Le groupe possède encore six usines terminales en France et neuf à l’étranger. Pour combien de temps ? Difficile de savoir. Le rapprochement entre le Français et l’Américain General Motors a fait long feu, mais a malgré tout permis d’hériter de la fabrication d’un futur modèle Opel (la Zafira ?). Depuis la fermeture d’Aulnay, PSA ne possède plus que cinq sites d’assemblage en France. Aux usines finales s’ajoutent onze sites qui produisent des éléments (moteurs, boîtes, transmission…), dont trois seulement étant implantés à l’étranger. Véhicules Peugeot encore assemblés en France (mai 2012) La Peugeot 208, assemblées en partie à Poissy (les versions haut de gamme, XY et GTi notamment). La Peugeot 2008, assemblée à Mulhouse. La Peugeot 308 (308 CC et 308 SW), assemblées à Sochaux. La Peugeot 407 Coupé, assemblée à Rennes. La Peugoet 508 (et 508 SW), assemblées à Rennes....

Smart, de petites urbaines « made in France »

Les « bombinettes » urbaines du groupe Daimler-Benz sont exclusivement fabriquées en Lorraine, même si les Brabus sont élaborés dans les ateliers du préparateur allemand. La Smart électrique est entrée en production en novembre 2009. Pour commencer, 1 000 exemplaires seulement sortiront de l’usine lorraine. La production grand public débutera en 2012. Vers la rubrique...

Volteis X4, la Jeep version écolo

Encore une nouvelle venue dans le monde des voitures électriques. Enfin, nouvelle est un bien grand mot… Si l’on considère son design, la Volteis X4 nous replonge plutôt quelques dizaines d’années en arrière. Construit par la société Electric-Car, implantée en Ardèche, ce véhicule est en effet une réplique de la légendaire Jeep de la Seconde Guerre mondiale. Ce quadricycle lourd — ou léger, c’est selon — est en revanche animé par un ou deux moteurs, selon que l’on choisit la version deux ou quatre roues motrices. Outre le style, la Volteis X4 adopte également la robustesse de la vieille Américaine. Contrairement à nombre de ses concurrentes, elle repose sur un solide châssis en acier soudé, sur lequel s’adapte une carrosserie en aluminium. Le profil du patron d’Electric-Car n’est probablement pas étranger à cette conception du petit véhicule électrique : M. Frappa dirige en effet l’entreprise du même nom, reconnue dans l’univers du poids lourd, du véhicule frigorifique en particulier. Les 80 kilomètres d’autonomie et la vitesse de pointe de 70 km/h prédestinent avant tout la Volteis X4 à une utilisation urbaine. La petite Ardéchoise pourrait également séduire hôtels et campings. Si circuler au volant d’une Jeep sans émettre ni bruit ni gaz d’échappement vous tente, le configurateur du site Internet de la marque vous aidera même à peaufiner les caractéristiques de l’engin : conduite avec ou sans permis, deux ou quatre places, vitesse maximale, équipements,...

Véhicules fabriqués en France (annuaire)

L’industrie automobile emploie encore aujourd’hui des dizaines de milliers de salariés en France. Malgré les délocalisations qui se poursuivent, ce secteur est donc essentiel toujours essentiel à la bonne santé de l’économie française. Avec la crise économique et le réchauffement climatique, de nouveaux constructeurs apparaissent sur le marché, qui proposent des véhicules « alternatifs », électriques notamment. Certains fabricants de véhicules sans permis, dont la France s’est fait une spécialité, proposent également des modèles 100% électriques, particulièrement adaptés à la circulation urbaine. Voitures, avec ou sans permis Aixam Premier fabricant européen de voitures sans permis, implanté à Aix-les-Bains et à Chanas (Isère). Bellier (groupe Neuvessel)) Constructeur de véhicules sans permis — tourisme et utilitaires, thermiques et électriques —, implanté en Vendée. Bluecar La Bluecar, produite en Italie chez Pininfarina, le sera en partie en France, chez Renault, dès 2015… Des modèles deux places et cabriolet sont également en projet. Les batteries sont quant à elles toujours fabriquées dans le Finistère. Bugatti Marque parmi les plus prestigieuses de l’histoire automobile hexagonale, Bugatti fabrique les voitures les plus exclusives et les plus chères du marché. Depuis son rachat par Volkswagen et son redémarrage il y a quelques années, les capitaux et la technologie Bugatti sont désormais allemands. Ce qui n’empêche pas chaque modèle d’être construit en Alsace, à Molsheim, berceau de l’entreprise. Chatenet Constructeur de voitures sans permis installé en Haute-Vienne. FAM Auto (Poclain véhicules) Sous-traitant et constructeur automobile. Actualité de l’entreprise : la F City, un petit véhicule électrique urbain. Exagon Motors Entreprise implantée à Magny-Cours. Conception et fabrication d’une super GT 100 % électrique, la eFurtive. GTF Innovations Ce nouveau constructeur propose...
banner