A gauche, le Hoox M2, à droite le Hoox M1.

A gauche le Hoox M2, à droite le Hoox M1.

Côté grand public, c’est Archos qui l’an passé a lancé sa première gamme de téléphones mobiles, certes fabriqués en Asie — comme tout mobile qui se respecte !—, mais conçus en France. Côté professionnels, c’est aujourd’hui Bull qui lance le premier smartphone entièrement sécurisé. Selon Bull, ce mobile est supposé déjouer intrusions, malwares, écoute des communications voix, interception des SMS et des données, etc., cela grâce à des ports de communication contrôlés, à une authentification renforcée — recours à la biométrie notamment —, au chiffrement matériel, etc. Les récentes révélations sur l’espionnage systématique auquel se livrent les USA, la Chine et bien d’autres probablement prouvent, si besoin était, qu’il est judicieux de prendre quelques précautions lorsque l’on « manie » des informations sensibles dans son cadre professionnel. Le smartphone Bull, baptisé Hoox M2, « tourne » sous Android modifié, tandis que son petit frère, le M1, utilise un système d’exploitation propriétaire. Et contrairement aux modèles Archos sus-mentionnés, ces deux mobiles sécurisés sont « conçus, développés et produits en France par Bull* ». En investissant le domaine de la téléphonie mobile, Bull poursuit sa renaissance, alors que la totalité des autres entreprises informatiques européennes ont été rachetées ou ont tout simplement disparu depuis des années. Après avoir perdu la moitié de ses effectifs au cours des vingt dernières années, l’entreprise a récemment recommencé à embaucher massivement. Bull est en outre le seul fabricant à concurrencer aujourd’hui Américains, Japonais et Chinois sur le marché des supercalculateurs.

* Le Hoox M2 est vendu 2000 euros, le M1 1000 euros. 

.

banner