L’entreprise Guy Cotten porte le nom de celui qui l’a créée, il y a plus de quarante ans. Aujourd’hui encore, ce fabricant breton de vêtements pour les marins et les pêcheurs — mais aussi pour tous les autres — fabrique la quasi-totalité de ce qu’il vend en Bretagne. Deux exceptions : les t-shirts en coton et les vêtements de pluie pour les éleveurs, les agriculteurs, etc., confiés à un petit atelier que l’entreprise possède à Madagascar. Tout le reste, à savoir les cirés, les polaires, les coupe-vent, les manteaux, les sacs, les bonnets, etc., tout est made in Brittany. Pour quelles raisons, alors que les concurrents ont tous choisi de délocaliser ? Parce que la priorité est, selon les propres mots du fondateur de l’entreprise, de donner du travail aux employés de Guy Cotten, pas de leur enlever. Et aussi parce qu’à force de faire produire par d’autres, ailleurs, on finit par se faire copier, imiter puis, un jour, dépasser par ses propres sous-traitants. Surtout, les marins et les marins-pêcheurs ont besoin de tenues irréprochables, pas de vêtements qui prennent l’eau quand le temps se gâte. En mer, on ne plaisante pas avec la qualité. Tant pis si c’est plus cher. Une exigence dont le grand public peut lui aussi profiter.

Quelques produits…
Guy Cotten, vêtements et accessoires pour l’essentiel made in France

.

banner