Paris sous le soleil

Suite des amabilités anglo-françaises : non contents de descendre en flamme l’économie et le modèle dit français, vouant la malheureuse France au rôle de simple pays-musée envahi par des hordes de touristes étrangers, voici à présent que nos voisins d’outre-Manche attaquent l’Hexagone sur le seul domaine « d’excellence » qui semblait lui rester : le tourisme justement. Eh oui !, Londres aurait ravi à Paris sa place de ville la plus visitée au monde. Le plus étonnant est que cette info n’a pas les responsables du tourisme londoniens pour origine, mais Le Figaro. La rédaction du quotidien s’est en effet empressée de comparer les chiffres dévoilés par Londres à ceux de Paris, prouvant ainsi l’impéritie de l’équipe en place à la mairie de Paris. Si les amis de mes amis sont mes amis, les ennemis de mes ennemis le sont aussi ! Alors vive Londres et à bas Paris ! Londres a bien sûr saisi la balle au bond et revendique depuis sa suprématie touristique mondiale. Malheureusement pour Le Figaro, les chiffres officiels de L’Office du tourisme et des Congrès de Paris (OTCP) montrent que si incompétence municipale il y a, elle ne se fait en rien sentir au niveau touristique…
Alors, Londres n°1 ? Selon les données de 2012 mises à disposition par l’OTCP — ceux de 2013 ne sont pas encore consolidés, Londres ayant extrapolé les siens à partir de neuf mois seulement —, les périmètres pris en compte par les capitales française et anglaise ne sont pas équivalents. La superficie totale du Grand Londres s’étend en effet sur plus de 1 500 km2, celle de Paris sur 105 et celle de l’Ile-de-France sur 1 200. Or, Londres comptabilise tous les touristes accueillis dans le Grand Londres, alors que de l’autre côté de la Manche, seuls ceux qui sont hébergés à Paris intra-muros sont recensés. Il conviendrait donc de comparer ce qui est comparable, c’est-à-dire le Grand Londres et l’Ile-de-France. On pourrait aussi mettre en parallèle les 29,2 millions de touristes étrangers qui ont visité la Grande-Bretagne en 2012 et les 83 millions qui sont venus en France. Mais pas sûr qu’en l’occurrence la comparaison intéresse beaucoup nos voisins grands-bretons…
Mais qu’elle soit première, deuxième ou troisième destination touristique mondiale, la capitale française souffre d’un déficit d’hébergement, notamment en termes d’hôtels abordables. L’offre est en effet abondante en hôtel 3* et plus, mais insuffisante dans les catégories inférieures. Le nombre d’hôtels 1 et 2* baisse régulièrement depuis vingt ans, alors que celui des 4* et 5* a doublé sur la même période, ce qui entraîne une hausse des prix de l’hôtellerie parisienne. Résultat : sans même chercher un nid douillet dans de l’hyper-centre de la capitale, il est très compliqué de dégoter une chambre dans un quartier touristique, de trouver un hôtel près de Bastille par exemple, surtout si l’on espère combiner économie et confort. Cela en dépit de tous les hôtels de la chaîne Accor, le numéro 1 français, numéro 1 européen et numéro 5 mondial de l’hôtellerie… Du coup, nombre de touristes choisissent la petite couronne, voire la banlieue plus lointaine, bien meilleur marché. Autant d’hommes, de femmes et d’enfants qui, selon les statistiques, ne sont donc pas venus visiter Paris…

 

banner