Le Vespa velutina, ou vilain frelon d’Asie…

Le “Vespa velutina”, ou vilain frelon d’Asie…

Le frelon noir venu de Chine colonise petit à petit les campagnes françaises et tue les pauvres abeilles made in France. C’est en effet ce que nous explique La Hulotte, revue drôle et très documentée qui, deux fois par an, se consacre à une espèce particulière de la faune ou de la flore hexagonales. Et dans le dernier numéro – le n°92, tout de même ! –, La Hulotte nous dit tout du sympathique frelon jaune de nos contrées – qui contrairement à ce que l’on croie n’attaque jamais l’homme, à moins d’avoir été préalablement enquiquiné –, qui doit désormais cohabité avec son congénère noir venu d’Asie. Cette cohabitation forcée a débuté en 2004, avec l’arrivée sur notre territoire d’un passager clandestin, en l’occurrence une jeune reine de frelon d’Asie, embarquée dans une des poteries importées de Chine par un horticulteur du Lot-et-Garonne. Cette jeune reine n’ayant nullement besoin d’un mâle pour procréer si elle a déjà été fécondée avant son départ, elle va tranquillement quitter son embarcation, construire son nid et donner naissance à une très nombreuse descendance, qui s’empressera de faire la même chose, et ainsi de suite. Dès novembre 2005, les habitants de la région remarquent d’étranges frelons noirs, qu’ils n’ont jamais vus auparavant. Et pour cause, le « modèle jaune » a toujours été la seule espèce de frelons à vivre sur le continent européen. En 2006, des frelons noirs ont investi les départements alentours. En 2008, ils ont colonisé la totalité du quart sud-est du territoire. Ce qui inquiète la communauté scientifique, car  l’irruption brutale d’une nouvelle espèce bouleverse toujours le fragile équilibre préexistant. Ainsi, fidèle à sa réputation chinoise de bête noire des abeilles, le frelon asiatique commence en effet à décimer les mouches à miel qui, déjà victimes des pesticides et des OGM, n’avaient pas besoin de cela. Pour s’en défaire, des apiculteurs posent des pièges qui, malheureusement, prennent indifféremment frelons noirs et frelons jaunes, également victimes des nouveaux venus. Le frelon noir, nouveau symbole des dommages collatéraux de la « mondialisation heureuse » et incontrôlée ?