© Rossignol

© Rossignol

Hier, Kindy annonçait : « Les chaussettes ne se cachent plus ». Aujourd’hui, c’est aux poubelles de s’afficher. Objet utile par excellence, elles sont pendant longtemps restées cachées. Leur esthétique importait peu. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et les modèles du Hollandais Brabentia, des Allemands Wesco ou Haio, de l’Américain Simplehuman ou encore du danois Vipp ont désormais voix au chapitre. Mieux, elles sont du plus grand chic. Après tout, qu’elles soient de cuisine ou de salles de bain, les poubelles font partie de notre quotidien. Alors autant les avoir à disposition, à portée de main. Les poubelles d’aujourd’hui sont belles, esthétiques, parfois étincelantes, parfois colorées… Toutes sont fonctionnelles, hermétiques et hygiéniques.
Curieusement, parmi les marques précitées, que l’on retrouve dans toutes les « meilleures » boutiques, aucune n’est française. Et pourtant, chez nous aussi nous savons faire de jolies poubelles et, pour plagier Coluche, pas seulement sur quatre roues. Rossignol, entreprise créée en 1896, emploie ainsi 120 personne à Montsûrs, en Mayenne, où elles fabriquent des poubelles donc, mais aussi des armoires et des accessoires de salle de bain, des huches à pain, etc.
En marge de l’activité grand public, Rossignol fournit également les professionnels et les collectivités. Les fameux cercles en métal — verts à Paris — auxquels sont accrochés des sacs plastiques transparents — terrorisme oblige ! — sont ainsi fabriqués par Rossignol, comme nombre de grands bacs en plastique et à roulettes. Mais pour le coup, on comprend assez bien que ces modèles ne soient pas en vente chez Kitchen Bazaar ou Habitat. Pour les autres en revanche…

Vers la rubrique “Cuisine et salle bains”

.