Site Golden Hook

C’est un peu comme si les créateurs de Golden Hook avaient décidé de prendre le chemin exactement inverse de celui suivi par la majorité des entreprises. Alors que les marques et fabricants de textile-habillement décident pour l’essentiel de faire fabriquer leurs gammes de produits loin, très loin, par de petites mains graciles et fort agiles, Golden Hook a choisi de faire confectionner les siennes par des grands-mères qui vivent en Ile-de-France. La démarche de Golden Hook est en effet emprunte de considérations sociales, solidaires et environnementales. Sociales, car aujourd’hui, en France, les personnes âgées sont nombreuses à ne plus pouvoir joindre les deux bouts, chaque fin de mois. Nombreuses à souffrir d’isolement, de solitude. Parmi elles, les femmes vivent en général plus longtemps. Elles vieillissent donc seules, souvent.
Et à quoi occupent-elles leur journée ? Elles tricotent. Alors pourquoi laisser inexploités une telle énergie, une telle force de travail, de telles compétences et savoir-faire ? C’est ce qu’ont dû se demander les fondateurs de Golden Hook, qui ont sélectionné onze d’entre elles, onze « mamies » qui désormais fabriquent chaque bonnet, classique, long ou péruvien, avec ou sans pompon, chaque écharpe. Plus sûrement, il s’agit pour une fois de faire jouer la solidarité entre générations, que l’on oppose trop souvent ces dernières années. Et de donner à ces femmes, dont certaines ont plus de cinquante ans d’expérience du crochet, un revenu complémentaire pour adoucir leur quotidien.
La démarche de cette jeune entreprise est également écologique, car les matières premières utilisées viennent « de nos alpages ». Laine, alpaga, cachemire et angora sont en effet d’origine française, au pis d’origine belge ! Difficile de faire plus proche comme fournisseur étranger…
Bonnet et écharpe GoldenhookPour concevoir son bonnet ou son écharpe, il suffit de se connecter sur le site Internet de Golden Hook, de choisir le modèle, la matière, le ou les coloris et de mélanger l’ensemble. Il faut ensuite s’armer de patience et attendre que votre « mamie » — que vous aurez préalablement choisie, elle aussi — tricote rien que pour vous votre beau, gros et chaud bonnet. Soit un délai de neuf à quinze jours. Tarifs : à partir de 52 euros pour les bonnets, de 56 pour les écharpes. Ce n’est peut-être pas donné, mais pour ce prix-là, vous aurez un modèle fait main, original, numéroté, avec brodés à l’intérieur votre nom et celui de votre mamie. Bref un produit incomparable, à mille lieues de ceux fabriqués à la chaîne en Chine et vendus le même prix. Et puis n’oublions pas les autres considérations. Est-il utile de les rappeler ?

Vers la rubrique “Vêtements fabriqués en France”