Du cuir souple, pas de voute plantaire, un petit élastique et une jolie déco : en quelques années seulement, ce concept de chaussons pour bébés et enfants s’est imposé. Ces “chaussants” semblent en effet être ce qui se fait de mieux pour les tout petits, pour leur croissance, leur apprentissage de la marche, etc. Une toute nouvelle marque, Tom et Lumi, se lance aujourd’hui sur ce marché. Face à elle, Robeez, la marque qui les a popularisés. La version originale n’est pourtant pas canadienne, mais néo-zélandaise. C’est en effet Bobux qui a inventé le concept il y a bientôt vingt ans, copiée ensuite par l’entreprise nord-américaine. Succès oblige, les Robeez sont aujourd’hui fabriqués en Chine. Ce qui bien sûr n’a pas fait baisser leur prix pour autant… Les Bobux sont quant à eux toujours produits en Nouvelle-Zélande. Il est donc préférable de payer le juste prix en achetant les originaux. En outre, chez les « kiwis », le tannage des cuirs est végétal. Seulement pour ce qui est de la consommation locale, de la préservation de notre environnement, on fait mieux. Difficile en effet de trouver plus éloignée de l’Hexagone que la patrie des All Black. Alors qu’avec les chaussons Tom et Lumi… Fabriqués artisanalement dans l’ouest de la France, ils sont, eux aussi, jolis, souples, confortables et écologiques. Les cuirs sont en effet français ou européens, le tannage végétal. Podologue de son état, la créatrice de Tom et Lumi réalise elle-même design et confection de chaque modèle. On est donc très loin de la fabrication des Robeez, à la chaîne et en Chine. Une différence qui pourtant ne se retrouve pas réellement dans le prix de vente : il faut en effet compter 34 euros pour du made in China, 38 pour du made in Loire-Atlantique.

Vers la rubrique “Enfants bébés”

.