D’un côté, un mât métallique, plus ou moins haut, avec de grandes tiges, de grands pics. De l’autre, un petit boîtier beige, de la taille d’une boîte de sucre en morceaux…
Faites votre choix.
Si elle permettait une réception parfaite des chaînes de télévision, de TNT notamment, on pardonnerait sans doute à la traditionnelle antenne râteau son esthétique de grand escogriffe qui ploie sous le vent. Un vent qui, s’il souffle trop fort, la fait de temps à autres mettre pics à terre… Après un gros coup de vent, les vendeurs et les installateurs d’antennes se frottent les mains. Les consommateurs beaucoup moins. Certes… Mais que faire lorsque l’on ne peut ou ne veut pas s’offrir le satellite, le câble ou l’ADSL, pour des raisons financières ou géographiques ? On peut toujours tenter l’antenne individuelle d’intérieur, que l’on place le plus judicieusement possible pour améliorer la réception. Là aussi, le résultat est bien souvent décevant, même en poussant l’amplification du signal au maximum… On consomme à coup sûr plus d’électricité, mais souvent pour pas grand-chose…
C’est précisément parce qu’il recherchait une solution différente à la traditionnelle alternative antenne râteau —antenne d’intérieur qu’un ingénieur et expert en réseau câblé s’est aperçu qu’il n’en existait pas. Et qu’il décida tout simplement de l’inventer et de créer pour cela un entreprise…
Le résultat, c’est Antengrin, une PME francilienne qui a inventé et développé une antenne TNT HD ultra-compacte — elle pèse moins de 500 grammes — qui assure une réception optimale des canaux 21 à 60, en zones urbaines et rurales.


Sous ces faux-airs de brique de construction, la K1001 d’Antengrin est un concentré de technologie. Facilement installable sur un toit, un balcon, en façade ou à l’intérieur, elle n’offre aucune prise au vent, ne craint ni la foudre, ni la pluie, ni la canicule. Cette petite antenne est en outre construite en matériau écologique, un bois composite — mélange de polymère et de copeaux de bois — traité anti-UV. Et puisqu’elle est passive, elle ne consomme aucune énergie et ne présente aucun risque de panne. La K1001, qui est protégé par un brevet international, a bénéficié du soutien d’Oséo et du Centre francilien de l’innovation pour son développement. Ce dernier organisme a notamment poussé pour que la conception écologique du produit s’ajoute à ses performances techniques.
Antengrin travaille également sur un modèle encore plus compact, le N3001, une antenne nomade idéale pour les vacances. « Nous voulons que les résultats soient irréprochables, ce qui n’est pas encore tout à fait le cas. La N3001 ne sera commercialisée que lorsque nous serons totalement satisfaits », précise son inventeur. Une attitude qui tranche avec celle de nombre d’entreprises qui mettent un produit le plus rapidement possible sur le marché, quitte à faire des premiers acheteurs ses bêta-testeurs…
L’antenne K1001 d’Antengrin est à l’antenne râteau ce que les mobiles d’aujourd’hui sont au premiers gros téléphones cellulaires. A une différence près cependant : alors que les mobiles les plus modernes et les antennes râteaux viennent essentiellement d’Asie, les produits Antengrin sont intégralement made in France. Créées et développées en Ile-de-France, ces petites antennes sont fabriquées en région Basse-Normandie, à Alençon.
Quant aux prix de vente de l’Antengrin, ils sont sensiblement équivalents à ceux des “vielles” antennes. Voire inférieurs si l’on prend en compte les différents éléments qui composent les modèles râteaux.

 

.