On peut tout à la fois affirmer haut et fort que le soutien aux PME françaises est une priorité absolue et oublier jusqu’à leur existence même à la première occasion. Ainsi en a-t-il été pour le marché des bornes de rechargement des futurs véhicules électriques, pour lesquelles, pourtant, une PME du Nord est leader mondial. L’histoire de la tablette numérique chère au ministre français de l’enseignement supérieur illustre à nouveau la distance qu’il y a de la coupe aux lèvres. Très fier de présenter une offre “révolutionnaire” à 1 euro par jour, concoctée par ses services, le ministre a semblé agacé que l’on puisse oser émettre quelques réserves. Beaucoup ont fait remarquer en effet que cette offre gouvernementale faisait la part belle à Apple et Samsung, au détriment du petit français Archos*, pourtant numéro deux dans l’Hexagone sur le marché des tablettes numériques. Excédé, le ministre** a précisé que son souci était avant tout les étudiants et que son rôle n’était pas de jouer les VRP pour telle ou telle entreprise. Soit. Ce rôle ne semble pourtant pas l’avoir gêné outre mesure quand il s’est agi de vendre les forfaits d’Orange… Fort mécontent, le patron d’Archos s’est associé à Bouygues Telecom pour faire une proposition concurrente. Et l’on s’aperçoit que « le souci » affirmé du ministre pour les étudiants est pour le moins relatif : avec l’offre « gouvernement-Orange-Apple », chaque jeune devra en effet payer 750 euros environ sur deux ans ; grâce à Archos-Bouygues, il ne lui en coûtera que 480.
Soit les initiateurs de la première offre se fichent éperdument des finances des étudiants et des PME françaises, pourvu que cela permette à Orange de gagner des parts de marché, soit le public estudiantin auquel ils s’adressent en priorité ne considèrent pas le prix d’un produit, tablette numérique ou autres, comme un critère déterminant.

*Les tablettes Archos sont créées et développées en France, mais, comme l’immense majorité des produits concurrents, les iPad notamment, elles sont ensuite fabriquées en Chine.

** Un ministre qui tenta ensuite de “se rattraper” en assistant au lancement, en Bourgogne, de la fabrication de la tablette culinaire Qooq…

A lire également
Qooq, une tablette tactile, culinaire et
made in France