L’ennui avec la mode jetable, c’est qu’il est quasiment impossible de retrouver d’une année sur l’autre le petit pull léger que l’on aimait tant le printemps dernier… Si la qualité était au rendez-vous, ça n’aurait guère d’importance. On achète, on porte plusieurs années et, ensuite, on envie d’autre chose. Malheureusement, non seulement la mode change tous les quinze jours, mais les produits sont fabriqués pour durer le temps de la mode. Tout cela semble finalement très cohérent. Sauf qu’il y a désormais les basiques, autrement dit les habits simples et sobres qui ne se démodent pas et “qu’il faut, mais alors absolument !, avoir dans sa garde-robe”. Du coup, ces basiques sont très à la mode, ce qui est totalement incohérent. Quel est l’intérêt d’acheter de tels vêtements, censés passer les saisons et les années sans encombres, s’ils déteignent, rétrécissent ou se feutrent au bout de quelques lavages ? Bref s’ils sont « dessinés » pour durer et fabriqués pour être jetés ? Aucun intérêt, pour l’acheteur en tout cas. Mais pour le vendeur… Puisqu’ils sont indémodables et présentés comme des valeurs sûres, de celles que nos grands-parents portaient déjà pendant les Trente Glorieuses, on les croit inusables. On le croit d’autant plus facilement que les petits malins du marketing creusent la veine nostalgique pour vendre ces basiques beaucoup plus cher que les autres produits… Malheureusement, aussi authentiques soient-ils, une paire de jeans qui perd sa couleur en trois mois, un pull marin qui bouloche aussi vite ou un pardessus dont voit la trame à la fin du premier hiver ne sont pas des basiques, mais des « daubiques ».

La Belle Marine, marque de prêt-à-porter pour femme que les lecteurs de La Fabrique hexagonale connaissent bien, a depuis toujours fait le choix de l’intemporel. D’une saison sur l’autre, la Belle Marine propose les mêmes collections de vêtements made in France d’excellente qualité, solides et indémodables. Ses clientes peuvent donc sans souci retrouver les “fidèles” tenues achetées il y a des années, si elles désirent leur redonner un coup de neuf. Cette politique explique pourquoi La Belle Marine ne fait quasiment pas de soldes : il n’y a pas de modèles dont il faut, à tout prix, se débarrasser pour faire de la place. Pourtant, ce suivi des modèles n’empêche pas l’évolution. Aussi La Belle Marine propose-t-elle chaque saison quelques créations, comme en ce printemps-été 2012, qui viennent enrichir la collection permanente. Des nouvelles venues qui, dans plusieurs années, seront elles aussi des basiques. Que viendront à leur tour enrichir quelques nouveautés…

.