Mademoiselle AD : bijoux de haute joaillerie respectueux de l'environnement, des homme et de la fabrication locale.

Fille de joaillier, Anne Gur-Daury passe une bonne partie de son enfance dans l’atelier de son père. C’est là et non pas à l’école, sur la machine à graver, qu’elle apprend l’alphabet. Loin de la décourager et de l’inciter à faire autre chose de sa vie une fois « grande », elle décide au contraire de vivre elle aussi parmi les pierres et les métaux précieux, d’apprendre à les domestiquer, à les travailler et à en faire des bijoux.
Elle commence par s’expatrier aux États-Unis, à seulement dix-huit ans. Elle se forme ainsi au métier de diamantaire-gémologiste au sein du Gemological Insitute of America. Anne Gur-Daury reste six années outre-Atlantique, pendant lesquelles elle découvre une autre approche de la joaillerie, d’autres techniques. Puis elle décide de rentrer en France.
De retour au pays, à Toulon, la jeune gémologiste et designer apporte son talent, ses compétences et sa personnalité à l’atelier familial. Elle passe quinze années à travailler en famille, avant de choisir en 2006 de prendre son indépendance, de s’installer à Hyères et de créer sa propre maison.
Avec sa nouvelle marque, baptisée Mademoiselle AD, Anne Gur-Daury désire associer les savoir-faire traditionnels de son métier à une approche plus éthique. L’univers de la bijouterie est confronté en effet à des problématiques de conditions de travail déplorables dans les pays d’origine des pierres et des métaux précieux. Des trafics en tout genre se développent, la nature est mal-traitée, polluée…

Boucles d'oreilles Mademoiselle AD : des bijoux précieux fabriqués en France.

Autant de dérives qui entachent l’image de la bijouterie et qui altèrent le plaisir qu’Anne Gur-Daury a à faire son métier. Une fois « chez elle », l’éthique et le respect de l’environnement deviennent des enjeux majeurs : hors de question d’élaborer et de fabriquer des bijoux à n’importe quel prix. Parce que la planète et la vie des hommes n’ont pas de prix, justement. La marque collabore ainsi depuis 2017 avec un atelier certifié à la fois Joaillerie de France et Responsible Jewellery Council (RJC).

Bijoux intégralement fabriqués en France

Avec de tels engagements, il est bien entendu impensable pour la créatrice et chef d’entreprise de commercialiser sous sa marque des bijoux fabriqués ailleurs, dans quelque pays lointain où la main-d’œuvre compte pour quantité négligeable. Ça serait pourtant un moyen de vendre plus de bijoux à des tarifs moins élevés, tout en réalisant de confortables marges. Mais non, ce n’est pas du tout l’esprit maison. Chez Mademoiselle AD, tous les bijoux sont fabriqués, c’est-à-dire dessinés, créés, montés, sertis et polis en France. Les sources d’approvisionnement en matières premières, qu’il s’agisse des métaux, des diamants et des autres pierres précieuses, sont très strictement contrôlées. L’or est ainsi racheté à des particuliers, puis retravaillé, soit certifié Ecogold®. Cela signifie qu’il est intégralement recyclé et traçable. Cet or, qui a été extrait il y a parfois de nombreuses années, n’occasionne plus aucun dommage à l’environnement. Alors pourquoi en extraire d’autre, qui ne serait ni plus précieux ni de meilleure qualité que ce « vieil or » ?
Les pièces de haute joaillerie Mademoiselle AD ne sont pas des bijoux fantaisie que l’on peut facilement oublier sur une table de nuit d’hôtel ou sur le bord d’un lavabo. Ce sont au contraire des objets précieux, rares et coûteux auxquels on accorde le plus grand soin, la plus stricte attention. Qu’il s’agisse de boucles d’oreilles, de bagues, de bracelets ou de colliers, les créations Mademoiselle AD sont en effet les bijoux d’une vie.

Mademoiselle AD : joaillerie traditionnelle, éthique et made in France.