Sac Léonard, collection Sellier du Cuir est dans le pré. © Le Cuir est dans le pré

Que dire d’un système qui permet d’élever des animaux pour leur viande, d’abattre ces animaux, de brader leurs peaux à l’étranger, comme un sous-produit, puis de réimporter ces mêmes peaux sous forme de produits finis ? Pas très malin a priori. C’est pourtant ce qui se fait tous les jours en France. C’est presque aussi intelligent et responsable que la pratique qui veut que l’on se débarrasse de la laine des petits moutons qui bêlent en français, faute de filière de traitement, pour ensuite importer de la laine.
Le fait qu’il n’y ait plus ou presque de confection en France n’est bien sûr pas étranger à ces pratiques. Pour autant, même les quelques marques et fabricants qui ont survécu à la Bérézina des dernières décennies et qui produisent encore en France, même ceux-là sont bien souvent contraints d’importer cuir et laine.

Valoriser des peaux des animaux d’abattoir

La petite marque de maroquinerie « Le cuir est dans le pré » prouve qu’il est pourtant possible de faire autrement. Les produits qu’elle propose — sacs, petite maroquinerie — sont en effet non seulement fabriqués en France, mais avec du cuir « bien élevé ». Autrement dit d’animaux ayant vécu dans l’Hexagone. Et en effet : ce cuir est celui de « vieilles vaches » françaises, qui ont malheureusement fini leur leur course dans nos assiettes… La marque veille tout particulièrement à ce que ces animaux d’élevage soient le plus âgés possible, qu’ils aient passé au mois six mois par an à paître en liberté dans les champs de Mayenne, de l’Orne et de la Sarthe. Bref qu’ils ont pu mener une vie à peu près digne et n’ont pas été uniquement des « objets vivants » destinés à l’alimentation des hommes. Même si, au final… Le Cuir est dans le pré travaille également uniquement avec un abattoir local — implanté à Pré-en-Paille, dans la Mayenne — respectueux de ces mêmes animaux et qui travaille à l’ancienne — transport sur de courtes distances, étourdissement préalable, etc. Même si, une fois encore…

Les peaux utilisées par “Le Cuir est dans le pré” sont exclusivement celles de bovins adultes qui ont vécu dans les pâturages de l’Hexagone. © Le Cuir est dans le prés.


Le tannage est lui aussi réalisé en France, en l’occurrence par une entreprise dans le Maine-et-Loire et une autre dans le Tarn. Ce tannage peut être soit végétal, procédé le plus naturel, mais qui donne un cuir plus fragile, soit minéral. Ce dernier n’est pas exempt de produits chimiques — contrairement au végétal —, mais produit des peaux plus résistantes aux griffures, aux rayures, etc. Les boucles en laiton sont quant à elles fournies par Poursin, une très ancienne entreprise parisienne, active depuis le début du 19e siècle. Enfin, la confection des sacs et des articles de petite maroquinerie est réalisée dans le Loir-et-Cher et dans la Loire, selon les produits.

Produits locaux, responsables et abordables

Et au final, qu’est-ce que cela donne ? Une collection d’articles 100 % made in France — matières premières et fabrication, donc… —, qui comprend des ceintures, des pochettes, des sacs, des porte-cartes, des porte-clés, des bracelets et même des laisses et des colliers pour les chiens.
Ces produits sont mixtes, même si certains parmi eux semblent beaucoup plus féminins. Cette mixité se justifie sans doute par la possibilité offerte aux clients de choisir eux-mêmes la ou les boucles de leur ceintures, de leur besace ou de leur bracelet. Et il est vrai que c’est très souvent ces mêmes boucles qui confèrent un caractère masculin ou féminin à un sac, à une ceinture.

Besace Juhan, collection Basiques, pour homme ou pour femme. © Le Cuir est dans le pré


Les sacs sont répartis en deux catégories : les Basiques, qui comme le nom l’indique sont rustiques, simples et robustes ; les Sellier, plus raffinés et plus chers aussi.
À noter : même s’ils sont simples et dépouillés, les basiques sont vendus à des tarifs très raisonnables, surtout pour des produits de qualité made in France. Le Cuir est dans le pré ne semble pas faire partie des petites marques qui considèrent que la fabrication française suffit à justifier des prix élevés, parfois même exorbitants. Pour l’instant en tout cas…

Le Cuir est dans le pré : maroquinerie made in France, vraiment locale, à prix raisonnables