Le vélo est le meilleur moyen de locomotion en ville, même quand il fait très froid. Il est idéal quand il fait beau, à condition de ne pas devoir respirer des gaz d’échappement. © Roman Bonnefoy

Outre le risque d’une seconde vague de Covid-19 après le déconfinement, responsables politiques et élus locaux ont une crainte : que les Français pallient le manque de transports en commun — ou la peur de les utiliser — par un recours massif au véhicule individuel. Le retour massif des voitures dans les villes signifierait un retour tout aussi massif des pollutions atmosphérique et sonore, ce qui réduirait à néant les bénéfices récoltés depuis le début du confinement. Oubliés alors l’air pur, les fenêtres ouvertes, le chant des oiseaux, les rues paisibles, le silence… Selon plusieurs études, la baisse drastique du trafic automobile a permis de sauver la vie de plus de 11 000 personnes en Europe, qui seraient décédées de maladies respiratoires dans une situation normale. Si, bien sûr, on considère que respirer de matin au soir des gaz d’échappement est une situation normale…
De nombreuses municipalités ont en projet d’augmenter le nombre de pistes cyclables, en empiétant “provisoirement” sur l’espace exorbitant habituellement réservé à la voiture.
Citroën entend profiter de la situation exceptionnelle du moment pour commercialiser sa petite Ami, un petit véhicule électrique à quatre roues, sans permis, qui sera accessible à l’achat, en location et en auto-partage, via le service Free2Move de PSA. Elle sera même disponible à la Fnac ! Un petit moyen de transport individuel et non polluant, qui pourrait satisfaire les allergiques à la bicyclette ou aux transports en commun ou ceux qui, pour des raisons de santé ou d’âge, ne peuvent plus faire de vélo.

La Citroën Ami est un petit véhicule électrique qui pourra être conduit sans permis. © Fnac/Citroen

Renault s’apprête quant à lui à lancer Zity, son nouveau service d’auto-partage. Déjà disponible à Madrid et géré conjointement avec l’Espagnol Ferrovial, il remplacera Moov’in Paris, le service commun avec le louer ADA, qui s’est soldé par un échec. Contrairement à feu Autolib, Free2Move et Zity sont des services en free-floating, ce qui signifie que les véhicules peuvent être pris en charge et laissés n’importe où. Les véhicules de Free2Move sont des Citroën C-Zero, des Peugeot iOn et donc, demain, de petites Ami. Chez Zity, le parc de véhicules sera constitué de Renault Zoe d’ancienne et nouvelle générations, mais aussi, peut-être, des autres modèles électriques fabriqués par Renault — Twizy, Kangoo Z.E et Master Z.E..
Côté origine de fabrication, c’est nettement mieux chez Renault, qui produit tous ses modèles électriques en France. Ceux de PSA sont en revanche importés, du Japon pour les iOn et C-Zero, du Maroc pour l’Ami. Et même si Peugeot décidait d’ajouter ses nouvelles e208, elles viendraient elles aussi de l’étranger, de Slovaquie en l’occurrence.
Enfin, celles et ceux qui possèdent un vieux véhicule bruyant et polluant pourront désormais le convertir à l’électricité, grâce au retrofit. Le gouvernement a en effet récemment validé et autorisé cette pratique. Cela qui coûtera beaucoup moins cher qu’une voiture électrique neuve.

Une ancienne Twingo tranformée en voiture électrique… © Transition-One

D’autres pourront même acquérir d’anciens modèles classiques ou de prestige — Porsche 911, 504 Coupé, Ford Mustang… — convertis à l’électricité. Ou encore de petites citadines âgées de quelques années, désormais propres et silencieuses. Ou comment donner une nouvelle vie à des autos qui sont encore en bon état, plutôt que de les mettre à la casse pour les remplacer par des neuves…
Bref, tout se met en place pour que le moteur thermique, qui présente nombre d’avantages sur route et autoroute, mais uniquement des inconvénients en milieux urbains, soit rapidement chassé des villes.

Pour tout savoir sur le retrofit…