Le nouveau test de dépistage du Covid-19 EasyCOV est simple, rapide et sans douleur… © Skill Cell

Le test de dépistage du Covid-19 — ou de la — réalisé avec des cotons tiges géants — appelés écouvillons —, que l’on introduit dans les fosses nasales est pour le moins dissuasif. Combien de personnes ont-elles renoncé à se faire dépister pour ne pas avoir à subir ce « mauvais traitement » ?
Heureusement, un nouveau type de test, salivaire celui-ci, est disponible depuis le 17 juin dernier. Chaque semaine, 200 000 kits de ce nouveau test, baptisé EasyCOV, sont d’ores et déjà fabriqués ; la production devrait monter en puissance au cours des prochains mois. Minoritaire pour l’instant, il devrait donc progressivement se faire une place à côté et, espérons-le, à la place des tests PCR par tampons nasaux.
Quels sont les avantages d’EasyCOV ? En plus de ne pas être douloureux, il permet d’obtenir les résultats en moins de 60 minutes seulement, contre 24 à 48 heures pour un test PCR, sans passage par un laboratoire. L’entreprise BioMérieux a mis au point un test dont les résultats peuvent être obtenus en 45 minutes seulement. Problèmes : il se fait par prélèvement nasal et n’est pour l’heure disponible qu’aux États-Unis. Si BioMérieux dispose bien d’une usine dans l’Ariège, le principal site de production de ce nouveau test se trouve en effet outre-Atlantique, à Salt Lake City.


© Skill Cell

Outre les aspects « traumatisme » et délais des prélèvements avec écouvillons, ils ont un autre défaut : ils sont en très grande majorité importés, d’Asie en particulier. Ils nécessitent en outre un équipement lourd, le « décodage » des tests se faisant grâce à de grosses et coûteuses machines, importées elles aussi d’Asie, voire des États-Unis. D’où une dépendance à l’étranger, que les autorités souhaitent diminuer. Or, le nouveau test EasyCOV est 100 % made in France. Il a, en effet, été développé à Montpellier par Sys2Diag, un « groupe de travail » qui réunit des chercheurs du CNRS et des membres de l’entreprise Alcediag, filiale du groupe français Alcen. La production de l’ensemble des kits — tests, machines de chauffage, appli, etc. — est réalisée dans l’Hexagone, entre Montpellier, Nantes et Huningue (Bas-Rhin), notamment par plusieurs filiales d’Alcen.
Parfaitement efficace, rapide, léger, quatre à cinq fois moins cher, indolore et 100 % made in France, EasyCOV semble être l’outil idéal pour lancer à l’avenir des tests de dépistage à très grandes échelles dans l’Hexagone. Une seconde vague de l’épidémie de Covid-19 est malheureusement possible. Probable même pour nombre de spécialistes.