Pour toutes celles et tous ceux qui n’ont pas la chance, ou le privilège, de pouvoir faire leurs propres confitures, notamment parce qu’ils vivent en ville, l’été est souvent l’occasion de manger ces fameuses confitures maison, faites par des membres de la famille ou des amis qui, eux, vivent à la campagne, à la montagne. Les citadins peuvent aussi en profiter pour confectionner eux-mêmes leurs confitures avec des fruits achetés au marché, qu’ils dégusteront ensuite, une fois les vacances terminées. Mais encore faut-il avoir le temps, le matériel, le tour de main, voire le talent pour…
L’autre option est de s’offrir, tout au long de l’année, des confitures dignes de ce nom, qui ne contiennent pas plus de sucre que de fruits. Il y a celles par exemple qui sont concoctées par Savoa, une entreprise qui, comme son nom l’indique, produit ses confitures dans les Alpes. Elles sont vendues par le L’Épicerie ordinaire, un repaire en ligne de produits authentiques et de très grande qualité, le plus souvent made in France.

Pas de sucre, mais les meilleurs fruits

Les confitures Savoa sont dites intenses ; cela signifie, comme on pourra s’en douter, qu’elles sont particulièrement riches en fruits, en goûts, en arômes, en saveurs, etc. Bref, elles ne sont pas sucrées, mais juste fidèles aux goûts des fruits avec lesquels elles sont élaborées. Pour 100 grammes de confiture, il y a 80 grammes de fruits. L’Épicerie ordinaire a sélectionné quatre valeurs sûres : la fraise, l’abricot, la framboise et la myrtille.
Cela dit, si ces fruits ne sont pas de bonne qualité, il n’y a aucune chance que les confitures le soient davantage. Sans bons fruits, pas de bonne confiture. Pour pouvoir peaufiner les meilleures confitures, Savoa n’intègrent que les meilleurs fruits. Elle recourt pour cela au service de prospecteurs, qui testent les fruits et sélectionnent les producteurs. Ensuite, cuisson et fabrication se font à l’ancienne, dans des chaudrons en cuivre, et uniquement en petites quantités. Pas plus de 20 kg de fruits à chaque fois. Le résultat : une confiture ni trop liquide ni trop solide composée de morceaux entiers de fruits. Dès la première petite cuiller, dès le premier contact avec les fruits, les papilles sortent de la léthargie à laquelle l’alimentation moderne et standardisée les condamne le plus souvent : c’est un véritable feu d’artifice. Le goût et les sensations sont si forts que l’on se surprend à la déguster doucement, en toutes petites quantités. Pour l’économiser et en profiter plus longtemps bien sûr, mais aussi parce qu’il est inutile d’en utiliser davantage. La tentation de la manger seule, à la « pointe » de la petite cuiller, est en revanche très forte. Et l’on comprend immédiatement ce que l’adjectif « intense » signifie…


L’Épicerie ordinaire : des produits simples, excellents pour l’essentiel made in France