Comme chaque année, Armor-lux a entamé sa grande braderie d’automne, qui se déroule du 11 au 23 novembre. Il reste par conséquent encore une bonne semaine pour offrir ou s’offrir à bons prix des vêtements et des accessoires de grande qualité, même s’ils sont pour certains confectionnés hors des frontières de l’Hexagone.
Si Armor-lux, qui été fondée en Bretagne à Quimper, en 1938, est toujours implantée dans cette ville du Finistère, elle a depuis bien évolué. Jadis concentrée sur la bonneterie, l’activité de l’entreprise s’est depuis considérablement élargie, enrichie. Outre les articles 100 % coton, la lingerie notamment, Armor-lux commercialise désormais une gamme complète de vêtements pour homme, femme et enfant.
Cette activité est scindée en deux pôles, le premier s’adressant au grand public, le second travaillant pour habiller les salariés d’autres entreprises, comme la SNCF ou La Poste. Pour le dire simplement et plus ou moins en anglais, il y a d’un côté le B2C et de l’autre le B2B. Précisons qu’Armor-lux travaille également en sous-traitance pour de petites marques tricolores qui ne disposent pas de leur propre outil de production.

Armor-lux a inauguré sa nouvelle usine sur les hauteurs de Quimper en 2004. © Armor-lux


La croissance d’Armor-lux a eu pour conséquence un accroissement des moyens de production. La Bretonne a ainsi acquis des usines en France, notamment dans sa région natale ou en Franche-Comté, tandis qu’elle confiait la fabrication des produits professionnels à des entreprises étrangères, autour du bassin méditerranéen en particulier. L’entreprise dispose en 2020 de trois sites de production en France, emploie 600 personnes et commercialise ses produits dans 80 boutiques et en ligne.

Fabrication française et « méditerranéenne »

Résultat, même si Armor-lux est un des plus fervents défenseurs du made in France, il est bien difficile aujourd’hui pour les consommateurs de différencier ce qui est produit localement de ce qui ne l’est pas. Ce qui est certain en revanche, c’est que loin de licencier ses salariés français pour confier leur travail à d’autres, elle a au contraire augmenter leur nombre.

Il est possible de faire personnaliser sa marinière Armor-lux fabriquée à Quimper, dans le Finistère. © Armor-lux


Si lingerie, t-shirts et marinières sont encore en totalité ou en partie produits en France, ce n’est sans doute pas le cas de nombre d’autres articles. Selon l’entreprise, la production est à 40 % made in France et à 60 % “made in ailleurs”. Cela ne permet pas de se faire une idée précise, mais au moins d’avoir un ordre de grandeur.


Armor-lux : vêtements et accessoires en partie made in France, pour toute la famille.