C’est une histoire de famille. Lorsqu’elles créent leur marque de prêt-à-porter homme, en 2016, les deux sœurs marchent sur les pas de leur arrière-grand-père. Il y a quatre-vingt-dix ans, celui-ci fondait en effet Éram. C’est aujourd’hui leur père qui dirige l’entreprise.
C’est aussi une histoire locale. Leur marque, Montlimart, reprend en partie le nom de la commune — Saint-Pierre-Montlimart — où est né le groupe familial et où se situe toujours son siège social. Depuis 2015, cette commune fait partie de la ville nouvelle de Montrevault-sur-Èvre.

Produire en France quand c’est possible…

Cinq années plus tard, Montlimart s’est fait une place au sein de la mode masculine, grâce à un positionnement clair : produire en France ou, à défaut, le plus près possible. Montlimart travaille avec six ateliers tricolores.
Certaines chaussures — tennis et baskets notamment — sont ainsi produites à Monjean-sur-Loire, dans un atelier familial. Les pulls sont confectionnés dans la Loire, les chaussettes en Bourgogne, la petite maroquinerie dans la Loire-Atlantique et les ceintures dans le Calvados.


Quand fabriquer localement n’est pas possible, soit parce que les savoir-faire ont disparu, soit parce que les prix sont trop élevés pour une marque qui se veut moyen de gamme, la confection est confiée à des ateliers de pays voisins.

… ou à moins de 2 000 kilomètres

Lorsque la confection n’est pas effectuée dans l’Hexagone, elle l’est en Espagne, au Maroc, au Portugal, en Tunisie ou en Ukraine, selon la spécialité de chacun de ces pays.
T-shirts, sweat-shirts et mocassins en cuir sont par exemple fabriqués au Portugal ; les chaussures à semelles tressées en Espagne ; les blousons et autres manteaux en Ukraine. C’est dans cette ex-république soviétique qu’un des grands noms français de la spécialité, Lener Cordier, produit l’essentiel de ses pièces. Il dispose également d’un petit site de production dans le Nord de l’Hexagone et y réalise de petites collections haut de gamme pour d’autres marques. Mais les tarifs sont alors plus élevés.

Engagements environnementaux

La proximité n’est pas le seul engagement fort de Montlimart. La marque n’utilise ainsi que des matières premières recyclées, bio ou locales. Enfin, pour chaque commande passée, Montlimart parraine 100 abeilles.
Vu la taille d’une abeille, cela peut paraître peu de chose. Peut-être. Sauf que cela permet de créer de nouvelles ruches et de produire du miel bio local. Ce qui est aujourd’hui rarissime.
Ce miel est ensuite redistribué aux clients de Montlimart. En outre, est-il nécessaire de rappeler le rôle central que les abeilles jouent dans la vie de notre planète et, accessoirement, dans celles des hommes.
En marge du catalogue de saison, Montlimart met en ligne les produits des saisons passées. Cette rubrique, baptisée « Petits prix », permet de réaliser d’excellentes affaires, parfois fabriquées en France.

Montlimart : vêtements, chaussures et accessoires homme, en partie fabriqué en France