Les résultats de l’enquête d’Ethicity* consacrée aux Français et à la consommation responsable sont très clairs : ils souhaitent très majoritairement un changement de mode de vie et des habitudes de consommation. Ainsi, pour 90 % des personnes interrogées par TNS média intelligence, du 23 février au 22 mars derniers, la crise actuelle est l’occasion de changer pour de bon de modèle. Comme si, endormis depuis quelques dizaines d’années, ils n’attendaient que cette occasion pour se réveiller. Ils sont les trois quarts à considérer désormais que le développement durable est une nécessité et près de 60 % à penser que la pollution, le réchauffement climatique et la pénurie d’eau sont des risques inquiétants pour l’avenir.
Sont-ils pour autant fatalistes ? Loin s’en faut : 69 % d’entre eux considèrent au contraire que leur propre mode de consommation a une influence sur l’environnement et qu’il peut également jouer sur l’économie (pour 51 % ). Ils ne sont en revanche « que » 40 % à croire en leur pouvoir social… Mais au juste, qu’est-ce que consommer responsable ? Pour 22 % des sondés, il s’agit de consommer mieux. Pour 79 %, cela veut dire consommer moins. Notre sacrosainte société consumériste aurait-elle des soucis à se faire ? Ou cette volonté d’acheter moins a-t-elle simplement pour origine le manque d’attractivité  – à cause des prix élevés en particulier – des produits responsables, qui permettraient d’acheter mieux ? C’est en tout cas ce l’argument qu’avancent 68 % des interrogés. Et comme les consommateurs hexagonaux sont de moins en moins nombreux à accepter de payer plus…

Ne pas dépenser plus
En effet, ils sont seulement 14 % – soit 12 points de moins qu’en 2004 – à bien vouloir payer plus pour des articles fabriqués dans des conditions respectueuses des travailleurs, et 16 % pour des produits qui respectent l’environnement – 15 points de moins qu’en 2004. Plutôt que de remplacer de mauvais achats par de bons, ils préfèrent ne pas acheter. Une exception cependant : les produits qui sont meilleurs pour la santé. Pour faire simple, les Français interrogés sont prêts à se priver de tout pour faire des économies, économies qu’ils utiliseraient éventuellement pour payer plus cher ce dont ils ne peuvent se passer, l’alimentation pour l’essentiel.
De manière général, les Français semblent déplorer les carences en termes d’information. Ils sont ainsi 51 % à ne pas savoir où trouver des produits responsables, tandis que 26% avouent s’informer sur la politique sociale et environnementale d’une entreprise, avant d’acheter ses produits (en hausse de 24 points par rapport à 2008). Aussi les Français sont-ils 85 % à vouloir des informations de type environnemental sur les étiquettes. De même, 27 % (+12 points par rapport à 2008) souhaitent que le pays de fabrication soit marqué sur cette étiquette, 38 % (+14 points) que des données sur l’origine des matières premières qui ont servi à la fabrication soient spécifiées.
Mais pour que le citoyen ait le sentiment de consommer responsable, quelles qualités doit avant tout avoir un article? Pour 35 % des Français interrogés, les différents acteurs doivent avoir été respectés lors de sa production ; 30 % estiment qu’il doit avoir été produit localement, cela pour favoriser des économies de transport ; 34 % préconisent également la fabrication locale, mais parce qu’elle permet de préserver l’emploi. Autant d’aspirations qui semblent malheureusement incompatibles avec la volonté clairement affichée de ne pas dépenser plus…
A moins que la solution ne se trouve dans les deux chiffres suivants : pour 33 % des personnes interrogées, le produit acheté doit être robuste pour durer plus longtemps ; il doit également répondre à un besoin, ne pas être superflu, et ce pour 38 % des sondés. Ainsi, en choisissant des marchandises utiles, plus solides, l’acheteur consommerait mieux et moins… Et finalement, il ne dépenserait pas plus.

*Ethicity, cabinet conseil en développement durable. Pour lire l’enquête dans son intégralité, c’est ici.