Bonjour, Vous utilisez un bloqueur de publicités et on vous comprend… Cependant, sur note modeste site, pas de publicité agressive ni envahissante, juste trois bannières par page qui nous aident à continuer notre travail et à proposer un contenu 100 % gratuit. Alors soyez compréhensifs, ajoutez www.lafabriquehexagonale.com à votre liste d’exceptions dans Adblock ou de désactiver ce logiciel. Merci pour votre compréhension



Gas, des bijoux fantaisie de qualité 100 % made in France

Gas, on croirait volontiers qu’il s’agit d’un nom américain, espagnol, voire italien. Et pourtant, Gas est un nom tout ce qu’il y a de plus français, en l’occurrence celui du créateur de la Gas Bijoux. Cette marque est née à la fin des années 1960 lorsque André Gas, sorti major des Beaux-Arts, commence à créer, à fabriquer et à vendre ses premiers bijoux fantaisie sur la plage de Saint-Tropez. Gas Bijoux s’est depuis installée sur les hauteurs de Marseille, dans la maison familiale du créateur, maison qui, au fil des années, s’est transformée en atelier de fabrication. Femme et enfants du fondateur ont à présent rejoint l’entreprise. A leurs côtés, près d’une soixantaine d’artisans. Certains parmi eux travaillent pour Gas Bijoux depuis plusieurs dizaines d’années. Un long film (ci-dessus) retrace l’histoire de la maison et donne la parole à celles et ceux qui font vivre la marque depuis près d’un demi-siècle. Une marque qui a su rester fidèle à l’esprit, à l’histoire et aux savoir-faire locaux et qui commercialise toujours, en 2015, des bijoux fantaisie 100 % made in France. Gas Bijoux, bijoux fantaisie 100 % made in France...

Garnier-Thiebaut : linge de maison haut de gamme et made in France

Plus de 180 ans et toujours en pleine forme ! Implanté dans les Vosges, à Gérardmer, depuis 1833, Garnier-Thiebaut est un spécialiste du linge de maison qui emploie, aujourd’hui encore, 250 personnes environ. Son activité est scindée en deux secteurs : l’hôtellerie et le grand public. La première représente 60 % du chiffres d’affaires et permet à l’entreprise de fournir les plus grands hôtels et restaurants, en France et à l’étranger. Un gage de qualité, les produits professionnels étant soumis à des conditions d’utilisation beaucoup plus rudes et intensives. Côté grand public et pour faire face à la concurrence des pays à bas coûts, Garnier-Thiebaut a choisi de se positionner sur le haut de gamme et les petites séries. Linge de lit, de table et de cuisine, les gammes proposées sont d’excellente qualité et font une large place à l’innovation. Grâce à Green Sweet par exemple, une technologie propre à l’entreprise, les nappes, sets, serviettes et autres chemins de table 100 % coton sont protégés des tâches de graisse, de vin, de café, etc. Une protection qui, en outre, résiste aux lavages. Toute la collection « table », mais aussi les torchons, les tabliers, les nappes et les galettes de chaise sont made in France. C’est également le cas des draps plats, draps housses, taies d’oreiller ou de traversin, housses de couette et plaids. Seule exception à cette fabrication française : la gamme « bain », qui est importée. Il est malheureusement de plus en plus difficile de trouver une serviette ou un drap de bain fabriqué en France aujourd’hui… Garnier-Thiebaut : linge de cuisine, de table et de lit 100 % made in France...

Durance : produits naturels fabriqués en France pour la personne et la maison

Durance est une entreprise familiale fondée à la fin des années 1990 et implantée dans la Drôme provençale. Cette PME élabore et commercialise près de 450 références : crème pour le visage, pour les mains et les pieds, démaquillant, gel douche, gel moussant, shampoing, shampoing-douche, huile de massage, huile essentielle, lait pour le corps, mousse nettoyante, savon liquide, déodorant, savon de Marseille, savons parfumés, après-rasage, crème à raser ou encore sels de bain. Tous ces produits pour le corps et le visage sont peaufinés dans l’atelier de l’entreprise, au pied du château de Grignan. C’est également là que les eaux de toilette et eaux de Cologne sont élaborées, après cependant un passage obligé chez les parfumeurs de Grasse.Spécificité de Durance : les produits pour la maison. Un très large choix de parfums d’ambiance et de bougies est en effet proposé, ainsi que des soins pour le linge — lessive liquide extra-douce, l’eau de linge et adoucissant — et même du nettoyant multi-usage et du liquide vaisselle. Précisons que les senteurs de ces « produits ménagers », propres à l’entreprise, sont elles aussi créées à Grasse. Durance attache en un soin tout particulier à travailler des matières premières locales. L’huile d’olive bio utilisée dans les soins et savons vient ainsi de Nyons, haut lieu de l’huile d’olives made in France ; la lavande qui sert à la confection de l’huile essentielle est récoltée à Grignan ; le coquelicot est cueilli près d’Avignon dans une plantation bio ; le camélia vient des Cévennes et la rose bio est cultivée en Drome provençale. Celle-ci est en outre traitée dans les deux heures qui suivent sa cueillette pour préserver l’essentiel...

Fournitures scolaires : acheter made in France sur Internet

La rentrée scolaire aura lieu le 1er septembre cette année. Il reste donc une grosse semaine pour remplir son Caddie de cahiers, de classeurs, de chemises transparentes ou cartonnées, de crayons, de feutres, etc. Autre possibilité : faire ses courses sur Internet, d’autant qu’on y trouve en général les meilleurs prix et le plus grand choix. Les fournitures scolaires et de bureau fabriquées en France sont encore suffisamment nombreuses pour que l’on puisse les privilégier… Ce petit guide permet à cet égard d’y voir un peu plus clair. Cependant, une même marque peut très bien produire certaines de ses références dans l’Hexagone et en importer d’autres. C’est même le cas de figure le plus fréquent. Les marques 100 % made in France sont, dans ce domaines comme dans beaucoup d’autres, extrêmement rares. D’où la difficulté d’acheter en ligne : s’il est toujours possible — et conseillé — de vérifier les indications quant au pays de fabrication sur les produits et emballages, c’est beaucoup plus difficile sur Internet. Heureusement certaines indications et photographies permettent de repérer malgré tous les produits made in France, y compris sur les plus gros sites comme Viking Direct… Côté papeterie, on retrouve les feuilles simples ou doubles et les cahiers de chez Clairefontaine et Hamelin (Oxford), ainsi que les papiers à dessin Canson. Les blocs Rhodia sont eux aussi toujours made in France. Pour le papier imprimante, les ramettes Clairefontaine Equality, composée à 50 % de papier recyclé et à 50% de fibres neuves issues de forêts certifiées PEFC sont, malgré leur nom, fabriquées en France. Les agendas, cahiers de texte et autres semainiers made in...

Le Courégant : imperméables made in France pour homme

C’est un fait : l’été est malheureusement plus prêt de sa fin que de son début. Les feuilles des arbres commencent à jaunir, les Caddie se remplissent de fournitures scolaires, les jours raccourcissent et le ciel se charge de nuages. Pas de quoi déprimer pour autant, car à chaque saison ses charmes. En automne par exemple, on apprécie de retrouver certains vêtements abandonnés depuis des semaines, voire des mois. Ce n’est pas encore le temps des gros manteaux et des doudounes, plutôt celui des vestes doublées, des coupe-vent, des impers… Est-ce un hasard si le ciré a été inventé en Bretagne ? Peut-être, peut-être pas… C’est en tout cas dans ce far west hexagonal que sont fabriqués les trench-coats Le Courégant, une marque créée par deux amis dans la petite ville bretonne éponyme. Particularités des imperméables maison : la couleur et la toile de coton enduite. Orange, vert, kaki, bleu marine, brun et noir, ces vêtements de pluie sont en effet proposés dans des coloris qui permettent, au choix, de passer entre les gouttes sans se faire remarquer ou, au contraire, d’affirmer sa personnalité sans pour autant revêtir le traditionnel ciré jaune. Pour protéger parfaitement des éléments, les imperméables Le Courégant sont fabriqués dans une toile de coton huilée importée de Grande-Bretagne, une région du monde où l’on sait aussi ce que pleuvoir veut dire. Ils sont en outre doublés et pourront donc allégrement poursuivre leur carrière en hiver. La marque Le Courégant a également créé d’autres vêtements comme des blousons, des pulls et des chemises notamment. Ils sont malheureusement difficile à trouver. Alors chaque chose en son temps : intéressons-nous déjà à...

JagVi : des chemises en lin pour homme fabriquées en France

JagVi est une petite marque de prêt-à-porter masculin, née au bord du lac d’Annecy, dont les collections sont en partie made in France*. C’est par exemple le cas des polos et des chemises, en lin notamment. Intéressant le lin… Peu de vêtements peuvent allier confection et matières premières locales, en particulier parce que les champs de coton ne font pas partie des paysages de l’Hexagone. En revanche, les magnifiques et très éphémères étendues bleues des champs de lin en fleurs sont familières aux habitants de la Seine-Maritime, de l’Eure, du Calvados, du Nord ou de la Somme. Grâce au climat et au sol particuliers de cette vaste zone nord-ouest, la moitié du lin pousse en effet en France. Ce qui fait tout simplement de l’Hexagone le premier producteur mondial de lin. C’est après que cela se gâte : faute de filière industrielle pour travailler ce lin, la quasi-totalité de la récolte est vendue à la Chine. C’est donc en Extrême-Orient, bien loin des plaines normandes, que la fibre est transformée en tissu, qui est ensuite, parfois, exporté en France. Un retour aux sources en quelque sorte… Pour résumer, il y a donc une chance sur deux pour que les chemises en lin créées et commercialisées par JagVi soient confectionnées dans du lin récolté en Normandie ou dans le Nord-Pas-de-Calais. A ce titre, elles sont donc un peu plus made in France que leurs cousines en coton. Et comme en plus elles sont particulièrement agréables à porter lorsqu’il fait chaud… * Production en France, en Italie et au Portugal JagVi : prêt-à-porter homme en partie made in France...

Luhmen, nouveaux sneakers haut de gamme fabriqués en France

Imaginée et dessinée à Paris, fabriquée à Romans, voici Luhmen. Toute nouvelle marque de sneakers — la précommande est en cours sur ulule —, Luhmen joue sur l’élégance, la sobriété et la qualité des matériaux, sans négliger les tendances du moment. Semelle épaisse, design épuré et finitions soignées, la recette a en effet déjà fait ses preuves. Logique finalement, car si l’on veut lancer une nouvelle marque de chaussures — ou de n’importe quoi d’ailleurs —, mieux se référer à ce qui plaît. En outre, est-il possible encore d’imaginer sans s’inspirer, de créer sans imiter, même à la marge ? Bref, peut-on en 2015 dessiner une paire de chaussures qui ne ressemble à aucune autre, alors que depuis que l’homme ne marche plus nus pieds, tout à déjà été fait ? Pour sa première collection, Luhmen propose trois modèles : un tige haute,  deux tiges basses, déclinés dans une demi-douzaine de coloris et mariant cuirs lisse et velours. Ce qui en revanche fait la vraie originalité de Luhmen, c’est à coup sûr la fabrication française. Contrairement à toutes les marques qui, depuis quelques années, mettent en avant la préservation des savoir-faire, la qualité de fabrication, la proximité et le respect de l’environnement, mais qui, au mieux, fabriquent au Portugal, Luhmen a choisi de confier la production de ses sneakers à un petit atelier français. Si cela fait toute la différence en termes de maintien, voire de création d’emplois dans l’Hexagone, c’est en revanche indolore pour le consommateur. Haut de gamme, confectionnés en France pour durer dans des matériaux de premier choix — cuir d’Italie, caoutchouc, coton —, les Luhmen sont...

Abaco : sacs en cuir fabriqués intégralement en France

  Abaco est une marque typiquement parisienne, née boulevard Saint-Germain. C’est là en effet que vivent ses deux créateurs — un couple — et que Madame dessine tous les modèles maison. Si la plupart des dirigeants d’entreprise de maroquinerie, y compris les plus prestigieuses, ont aujourd’hui fait le choix de la fabrication à bas coûts, ce n’est pas le cas des fondateurs d’Abaco. Depuis leur tout premier sac en effet, ils sont restés fidèles à l’Hexagone. Tous les modèles sont ainsi confectionnés en France dans du cuir d’agneau (tannage végétal). Exclusivement féminine pendant de longues années, Abaco propose désormais quelques créations pour homme. Abaco reste cependant, avant tout, une marque de sacs pour femme, 100 % made in France. Ce qui est plutôt rare. Abaco : sacs femme — quelques modèles homme — 100 % made in France...

Bernard-Solfin : habillement et linge de maison 100 % made in France

L’histoire débute en 1930, lorsqu’un jeune agriculteur vendéen de 22 ans décide de monter un atelier de tricotage. C’est le début d’une longue histoire familiale, artisanale puis industrielle, qui mènera à la création des vêtements Bernard dans les années 1970, puis au rapprochement avec la société Solfin en 2003. Aujourd’hui, tous les articles en maille créés et commercialisés par Bernard-Solfin sont toujours fabriqués en Vendée. Ou plus exactement en Vendée et en Normandie, puisque l’entreprise a repris les Tricots Philips de Villers-Bocage en 2010, sauvant au passage une trentaine d’emplois. Bernard-Solfin est une des très rares marques françaises de prêt-à-porter à ne commercialiser que des articles confectionnés dans l’Hexagone, à quelques accessoires près, et ce en dépit d’un catalogue très riche. Une richesse qui s’explique notamment par le fait que Bernard-Solfin s’adresse aussi bien aux femmes qu’aux hommes et, même si l’offre est moins importante, aux enfants. Pulls, gilets, t-shirts, polos, chemises, chemisiers, tuniques, vestes, coupe-vent, pantalons, robes, jupes, sous-vêtements, lingerie, pyjamas, robes de chambre, chaussettes, écharpes…, la listes des vêtements made in France de Bernard-Solfin est très longue. Le positionnement de la marque est clairement haut de gamme. Preuves s’il en faut, les quelques modèles de pulls en cachemire confectionnés en France et la possibilité de faire faire ses chemises sur mesure. En marge de l’habillement, l’entreprise est également présente sur le marché de l’équipement de la maison, grâce en particulier à une gamme complète de couvertures, de plaids, de sur-matelas et de couettes. Eux aussi 100 % made in France bien sûr. Bernard-Solfin : vêtements, sous-vêtements et linge de maison fabriqués en France...

Kost, chaussures urbaines et décontractées fabriquées en France

Kost existe depuis 2009. Fabriqués par Cléon, une entreprise familiale implantée dans le Maine-et-Loire, les souliers Kost permettent de marcher français sans pour autant dépenser trop. Les marques qui fabriquent encore en France sont en général positionnées haut de gamme, ce qui signifie qu’une majorité d’habitants de notre petit Hexagone ne peut pas se les offrir. Cléon a fait le pari de commercialiser à des tarifs abordables des modèles urbains, décontractés, en majorité fabriqués en France — les modèles sport viennent d’ailleurs, du Portugal notamment. Pour y parvenir, Cléon propose des chaussures simples à fabriquer : pas de cousu norvégien ou Goodyear chez Kost, mais du soudé… A noter que si Kost était à l’origine une marque exclusivement masculine, elle a fait depuis un peu de place pour quelques jolis modèles féminins. Kost : chaussures homme et femme (pour l’essentiel) made in France...

Claudius, de Devernois : vêtements femme tricotés et fabriqués en France

Devernois existe depuis 1927 : ce n’est donc pas une nouveauté. Ce qui l’est en revanche, c’est Claudius. Cette nouvelle marque est un hommage au fondateur de l’entreprise, Claudius Devernois, mais c’est aussi un retour aux sources. Comme nombre d’entreprises en effet, Devernois a dû externaliser la fabrication d’une grande partie des vêtements qu’elle commercialise. Mais « grande partie » ne signifie pas totalité : l’entreprise a su conserver de réelles capacités de production, qu’elle utilise pour le patronage et le réassort notamment. Grâce aux emplois, aux machines et aux savoir-faire ainsi préservés, Devernois peut aujourd’hui proposer une petite collection de vêtements haut de gamme pour femme, entièrement tricotés et fabriqués en France. Des vêtements qui portent donc désormais la marque Claudius… Claudius : vêtements femme haut de gamme et made in France ...

Lafuma, mobilier de camping et d’extérieur fabriqué en France

Il y a en en pratique deux Lafuma… La première sous-traite la fabrication de ses vêtements, chaussures, accessoires, sacs à dos ou de couchage dans des pays à bas coûts, comme tous ses concurrents d’ailleurs. La seconde fabrique au contraire dans l’Hexagone tous les meubles d’extérieur qu’elle commercialise. L’une et l’autre de ces entités forment le groupe Lafuma, qui comprend également les marques Millet, Eider et Oxbow, l’ensemble ayant racheté par le Suisse Calida en 2013. Ce changement de propriétaire n’a jusqu’à ce jour pas eu de conséquence « malheureuse » sur la fabrication française du mobilier Lafuma. Aujourd’hui encore en effet, c’est à Anneyron, dans la Drôme, que les tables de camping ou de balcon, les chaises basses, hautes ou longues, les fauteuils ou encore les bains de soleil Lafuma sont fabriqués. Si l’entreprise a été créée en 1930 par Alfred, Gabriel et Victor Lafuma, c’est une vingtaine d’années plus tard, en 1954, que sont produits les premiers meubles. Après avoir inventé le sac à dos à armatures, Lafuma a en effet l’idée d’utiliser cette association « toile-métal » pour créer et produire des meubles de camping. La recette n’a depuis pas changé, même si les matériaux ont eux profondément évolué. A la traditionnelle toile de coton ont en effet succédé de matériaux plus solides et plus légers, qui résistent aux intempéries. Le design s’est également fait plus esthétique et fonctionnel… Ces changements ne ce sont pas faits au détriment des fournisseurs locaux, bien au contraire. L’ensemble des composants sont en effet « sourcés » dans un rayon de 500 kilomètres : les pièces en plastiques viennent de l’Ain, la toile Batyline® de l’Isère, l’acier...

Achile, chaussettes fantaisie made in France pour toute la famille

Depuis son rachat par Kindy en 2012, la marque Achile a été repositionnée sur le haut de gamme tout en conservant son identité «fantaisie ». Avec cette montée en gamme, le nouveau propriétaire a pu rapatrier la fabrication, qui était sous-traitée au Maroc et en Turquie, sur son site historique de Moliens, dans l’Oise. Résultat, qu’elles soient en coton, en fil d’Ecosse, en laine, en angora ou en soie, les chaussettes homme, femme et enfant de chez Achile sont intégralement made in France, à part peut-être un ou deux modèles pour le sport. Après avoir quasiment disparu des rayons des magasins il y a quelques années, la chaussettes made in France refait donc petit à petit surface. Mais il y a malheureusement des chances — ou des risques — qu’il reste cantonné au haut de gamme. Achile : chaussettes made in France pour hommes, femmes et enfants...

La Bluecar de Bolloré désormais assemblée en France

Chose promise, chose due ! Les premières Bluecar de Bolloré sont désormais assemblées par Renault, à Dieppe. Le principe avait été adopté à l’automne 2014 par les deux partenaires, l’objectif étant en outre de concevoir puis de fabriquer une Bluecar trois places. Jusqu’ici assemblée en Italie, la Bluecar va donc être désormais à très forte dominante tricolore, puisque en plus de son assemblage normand, son moteur est charentais (Leroy-Somer) et ses batteries (Batscap) bretonnes*. En plus de circuler sans bruit ni gaz d’échappement, les adeptes parisiens, lyonnais ou encore bordelais de l’auto-partage rouleront donc local. Une trentaine de personnes ont été spécialement formées pour fabriquer la petite citadine électrique** dans une zone spécialement du site de Dieppe. Un site qui fabrique également la version RS de la Clio et qui accueillera en 2016 la toute nouvelle Alpine. Logique puisque c’est à Dieppe que sont nées les A110, A 310 et autres bolides bleus. Logique également qu’elle accueille aujourd’hui les Bluecar… * Les batteries de la filiale du groupe Bolloré sont également produites près de Montréal, au Québec. ** La Bluesummer, sorte de Méhari électrique récemment dévoilée, sera-t-elle, elle aussi, assemblée par Renault ?...

Utile, sain, recyclable et made in France, voici le bocal en verre Le Parfait

Du verre, du métal, du caoutchouc et rien d’autre… Depuis 1930, le célèbre bocal Le Parfait n’a pas changé d’un iota. Et il a eu bien raison. L’usage tous azimuts des matières plastiques aurait pu le reléguer depuis longtemps au rayons des souvenirs, mais il n’en est rien bien au contraire. On sait aujourd’hui que ces matériaux synthétiques sont loin de n’avoir que des vertus, notamment parce qu’il s’agit de dérivés du pétrole et parce que leur utilisation peut provoquer de sérieux problèmes de santé. Le verre quant à lui, et ce malgré ses milliers d’années d’existence, n’a toujours rien à se reprocher, fragilité mise à part peut-être. Aujourd’hui plus que jamais, le bocal en verre est le récipient idéal pour conserver les aliments ; aujourd’hui plus que jamais, Le Parfait est le bocal par excellence. Normal, puisque c’est en France que le principe de la conserve alimentaire à été inventé au 18e siècle, par Nicolas Appert. Idéal pour la conservation, le verre l’est également pour le recyclage : c’est le seul matériau à pouvoir être recyclé à 100 %, indéfiniment. Avec le verre, rien ne se perd… Originaire de Reims, c’est en Auvergne qu’il est fabriqué, de A à Z. C’est dans l’usine de Puy-Guillaume, née en 1902 et aujourd’hui l’une des plus modernes d’Europe, que tout se fait, de la fabrication du verre — recyclé pour moitié — jusqu’à la palettisation en passant par le marquage laser de chaque pièce pour assurer une traçabilité irréprochable. Les quelque 300 salariés du Parfait ne sont pas de trop, d’autant qu’en marge des bocaux sont également produits des confituriers, des...
Page 1 sur 24123451020Dernière page »
banner