Nouvelle preuve que le pire n’est jamais sûr : l’ancien site de lancement de missiles de la force de dissuasion nucléaire française, démantelé en 1999, vient d’être reconverti en ferme solaire. Comme si une page s’était tournée.
Eco Delta, une société indépendante qui développe et exploite des projets décentralisés de production d’électricité à base d’énergies renouvelables, a en effet inauguré, le 24 novembre 2010, son premier parc solaire, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Créée en 2002, cette entreprise inaugurera deux nouveaux parcs début 2011, un deuxième en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et un dans l’Indre. Cette ferme solaire est une illustration de ce que peut être l’avenir : une période où les connaissances technologiques, la fin programmée des sources d’énergies fossiles et le recul quant aux erreurs du passé peuvent se combiner pour dessiner un avenir plutôt réjouissant. C’est d’ailleurs ce qu’a exprimé Raymond Le Moign, le maire de Revest-du-Bion, lors de l’inauguration : « L’implantation d’une ferme solaire sur cet ancien site militaire représente une aubaine pour la commune de Revest-du-Bion. Une aubaine environnementale, d’abord, à laquelle nous sommes très sensibles avec mon conseil municipal, et aussi, une aubaine économique puisque le loyer et les taxes induites vont nous permettre de développer de nouveaux projets, en particulier sociaux. Enfin, la reconversion de cette friche militaire, qui pouvait à l’époque engendrer l’apocalypse nucléaire, en un site accueillant une entreprise agroalimentaire bio et une centrale d’énergie renouvelable, me plaît beaucoup. Il y a là un clin d’œil de l’histoire assez savoureux. »
Reste encore à développer une filière industrielle française pour fabriquer les équipements, solaires ou éoliens en particulier. Ensuite, le bruit des moteurs à explosion, les fumées d’échappement, les convois de déchets nucléaires et Dieu sait quoi encore ne seront plus que de lointaines et désagréables souvenirs. Peut-être naïvement, mais il est permis de l’espérer.