© Mia Electric

Mise à jour 2014 : Mia n’existe plus.

Lorsque les Allemands ConEnergy et Kohl Pharma (70 %) et la région Poitou-Charentes (30 %) se sont associés pour reprendre le département « voiture électrique » de Heuliez, en juillet 2010, palliant en cela la défaillance des industriels français, l’entreprise comptait 35 salariés. Quelques mois plus tard, l’effectif de l’entreprise, rebaptisée Mia Electric, passait à 150, puis à 200. Selon L’Usine Nouvelle, le constructeur franco-allemand s’apprête a recruter
100 nouvelles personnes — portant le total à 300— d’ici à l’automne, qui seront pour l’essentiel affectées à l’assemblage. Car la Mia, petit véhicule trois places directement dérivé de la Friendly de Heuliez, doit entrer en production dès le mois de juin 2011. Demain donc. Ce sympathique et original microspace — le Micro.Bus, comme l’appelle le constructeur — est décliné en trois versions : la Mia trois places et 200 litres de chargement (2,87 m), la Mia L quatre places et 400 litres de chargement (3,19 m) et enfin la Mia U, l’utilitaire, qui n’accueille que le conducteur en position centrale, mais permet de charger 1500 litres de marchandises (3,19 m). Pour mémoire, la Mia est construite dans les Deux-Sèvres, est équipée de batteries assemblées par le Français E4V (Sarthe) et est mue par un moteur produit dans les usines charentaises de Leroy-Somer. Sans les capitaux ni la confiance venus d’Outre-Rhin (70% du total), cette belle coopération franco-française n’aurait jamais été possible.