En fusionnant avec Naim Audio en août 2011, Focal-JM Lab a donné naissance à un nouveau leader européen de haute-fidélité. Concrètement, c’est l’entreprise française qui a pris le contrôle de Naim Audio, une marque britannique réputée pour ses électroniques haut de gamme. Avec cette opération, l’entreprise stéphanoise poursuit son développement, alors que son catalogue propose déjà des haut-parleurs et des enceintes acoustiques pour le grand public et les professionnels, des équipements pour l’automobile, des systèmes audio multimédias et, tout récemment, un premier modèle de casque hifi.
Une trentaine d’années après sa création par Jacques Mahul, Focal-JM Lab — J et M sont les initiales du fondateur — emploie environ de 200 personnes en France, l’essentiel sur le site de Saint-Etienne. C’est dans la Loire que sont en effet fabriqués tous les haut-parleurs de la marque, y compris les modèles d’entrée de gamme comme les séries Chorus 700 ou Chorus 800 (Focal 806V, 807V, 816V, 826V, etc). Focal produit officiellement 80 % de ses produits en France, à Saint-Etienne donc, mais aussi à Bourbon-Lancy pour ce qui est de l’ébénisterie — en particulier celle des « collections » haut de gamme Focal Electra et Focal Utopia. La fabrication — mais pas la conception — du solde est quant à elle confiée à des sous-traitants européens ou chinois.
Tous ces produits sont commercialisés à des tarifs qui vont d’une centaine à plusieurs milliers d’euros. Au sommet de la pyramide se trouve par exemple la monumentale Grande Utopia, une enceinte acoustique vendue environ 130 000 euros la paire. La prise de contrôle de Naim permet à l’entreprise française de renforcer ce positionnement haut de gamme et luxe. Son nouveau partenaire, un des derniers à produire encore en Angleterre, bénéficie en effet d’une excellente réputation parmi la clientèle aisée, voire fortunée. Naim équipe par exemple les prestigieuses Bentley.
Made in France d’un côté, made in England de l’autre, Focal & Co — c’est le nom de l’entité qui chapeaute désormais les deux marques — prouve qu’il est toujours possible de produire en Europe occidentale et de gagner de l’argent. Cela à l’heure ou l’immense majorité des marques et fabricants ont au contraire préféré passer à l’Est.