Lampes Gras 205 (à gauche) et Jieldé S1333 (à droite) : deux icônes du design industriel de la première moitié du 20 e siècle.

Gras (à gauche) et Jieldé (à droite) : deux icônes du design industriel français de la 1re moitié du 20e siècle.

D’un côté la lampe Gras, de l’autre la lampe Jieldé. Deux exemples de lampes nées en France dans la première moitié du XXe siècle et toujours commercialisées aujourd’hui. Le design de ces deux modèles est sobre, les lignes élégantes, la construction fonctionnelle. Les savoir-faire anciens, la tradition et les belles histoires constituant désormais des arguments marketing forts, ces deux lampes de bureau — et leurs diverses déclinaisons — se vendent très bien, largement au-delà de l’univers industriel où elles étaient jadis cantonnées. Beaucoup de points communs donc. Mais peut-on pour autant comparer Gras et Jieldé ? Pas franchement…
Du passé, la première n’a conservé que le nom et l’histoire, qui font pour l’essentiel sa valeur. Les luminaires Gras ne sont pas en effet fabriqués par l’entreprise éponyme, mais éditées par DCW. La présentation faite sur le site Internet de la marque est d’ailleurs sans équivoque : seules des images des années 1920-1940 sont présentées. Et pour cause : avant que DCW n’acquiert ses droits d’exploitation, la lampe Gras n’existait plus, sa fabrication par l’entreprise Ravel (qui a acheté le brevet Gras à la fin des années 1920) ayant cessé depuis de nombreuses années. En 2012, la lampe Gras est donc une réplique du modèle créé par Bernard-Albin Gras en 1922, produite très loin de l’Hexagone…
Quid de la lampe Jieldé ? Inventée par Jean-Louis Domecq à la fin des années 1940 — il ne trouvait pas d’éclairage qui lui permette de mener correctement son activité de mécanicien —, cette lampe est industrialisée depuis 1950. Et c’est toujours l’entreprise fondée à Lyon par le créateur — Jieldé signifie J, L, D, ses initiales — qui la fabrique aujourd’hui. Dérivée du modèle historique, mais pensée pour intégrer le domicile de Monsieur Tout-le-Monde, la Signal S 1333 est une lampe fine, élégante et totalement articulée, construite elle aussi pour durer. Chaque exemplaire est numéroté et assemblé à la main, à l’ancienne. Alors bien sûr, tout cela a un prix, soit 200 à 250 euros selon les points de vente.
C’est le prix du savoir-faire et de la qualité. C’est aussi celui de l’emploi et des cotisations sociales. Bref, c’est le prix du made in France.
La lampe Gras 205 est quant à elle commercialisée de 385 à 415 euros, là aussi selon les revendeurs. C’est le prix de quoi au juste ? Celui du marketing et de la main-d’œuvre bon marché ?

Jieldé, luminaires 100 % made in France

 

banner