Une prime à la casse écologique ! Le montant des taxes sur le gazole alignées sur celles de l’essence ! Deux informations qui, forcément, ne plaisent pas à tout le monde, pas même à ceux qui, il y a quelques années, se sont empressés de changer leur vieille guimbarde pour une petite charrette toute neuve. Le problème est qu’il s’agirait cette fois de remplacer les véhicules Diesel, que les pouvoirs publics ont encouragé pendant une vingtaine d’années, par d’autres moins polluants. C’est ballot, c’est sûr… Mais qui faut-il incriminer ? Ceux qui ont poussé à la dieselisation du parc automobile français, au point de faire du pays et des constructeurs nationaux les champions mondiaux de la spécialité ? Ou ceux qui essaient à présent de corriger cette anomalie ?
D’aucuns affirment déjà que cette décision marquera la fin de PSA et de Renault, rois du moteur au gazole. Comme si leur « dieselo-tropisme » leur avait assuré une santé insolante… Même en France,  japonaises et coréennes leur taillent des croupières, tandis que les grosses berlines allemandes ont presque totalement effacé leurs concurrentes françaises et que l’essentiel des petits véhicules prétendument français sont également importés.
Les précédentes primes à la casse ont eu pour effet de remplacer de vieilles voitures made in France par d’autres, Diesel, au moins aussi polluantes et fabriquées à l’étranger. Sacré bilan…


Voiture Diesl ou électrique ?
En outre, il a suffit que la prime de l’Etat disparaisse pour que le marché automobile français plonge et, avec lui, Renault, Peugeot et Citroën. Alors que faire ? Renouveler malgré tout l’expérience pour booster artificiellement la vente des 107, C1, Twingo, Sandero, Clio et autres Megane Diesel importées d’Europe de l’Est, d’Espagne ou de Turquie, ou au contraire faire en sorte de promouvoir celle de véhicules moins dangereux pour la santé — hybrides et électriques en particulier — fabriqués localement ?
PSA a récemment dévoilé les travaux qu’il mène sur la technologie Hybride Air, qui combine moteur essence et moteur à air comprimé et pour lequel il a déposé de nombreux brevets. Changement de cap ou simple solution complémentaire et citadine à la technologie Hybride 4 (électricité-diesel), plus spécifiquement adaptée aux grands trajets ? De son côté, Bolloré a décidé de commercialiser sa Bluecar — il fabrique même des Bluebus électriques —, tandis que Renault finira bien, un jour, par sortir sa Zoé made in France.
Les pouvoirs politiques ont hier soutenu à bout de bras un autre secteur, l’immobilier, à coup de PTZ, de PTZ+, de « Robien » et autres « Scellier ». Résultat, les prix ont continué de grimper artificiellement dans l’Hexagone alors qu’ils baissaient partout ailleurs. Le marché immobilier français, shooté aux subventions, est-il pour autant florissant en 2013 ? Les prix ne vont-ils pas baisser demain — ils baissent déjà —, et peut-être davantage que si on avait laissé leur courbe s’infléchir dès 2008 ?
Encourager l’achat de petites citadines Diesel garantirait-il l’avenir de PSA et de Renault alors que ces véhicules n’intéressent plus les consommateurs français ni étrangers, du moins si l’on en croit les chiffres. Surtout, on sait aujourd’hui que le gazole est chaque année responsable de plus de 40 000 morts prématurées dans l’Hexagone et qu’il est en plus à l’origine d’un manque à gagner de plusieurs milliard d’euros pour l’Etat, alors que les caisses sont désespérément vides ? Alors, on se reprend une grande goulée de micro-particules ou on change définitivement d’ère ? Ce n’est visiblement pas encore décidé

.

banner