La France et les Français broient du noir. Et plus les médias le répètent à l’envi, plus ils broient, forcément. Le French bashing est aussi — davantage ? — répandu et violent à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières de l’Hexagone. Mais ce n’est pas nouveau : les périodes d’autodénigrement et d’abattement généralisés sont régulières. Elles alternent parfois avec d’autres phases, d’autosatisfaction béate celles-là. Ni les unes ni les autres ne sont le plus souvent justifiées — le moral en berne des 5 millions de chômeurs actuels est en revanche compréhensible — , mais c’est comme ça : la France et les Français n’aiment pas les demi-teintes, le bonheur paisible sans catastrophe ni trompette…
Petit retour en arrière, à la fin du 19e siècle. Déjà, le pays était au fond du trou : corruption, scandales, retard industriel sur les pays concurrents, perte de confiance. Rien n’allait plus, déjà, le déclin était inéluctable. Et puis, en quelques années seulement…
Petite note optimiste dans un monde de pessimistes.

 

Vincent Lorphelin Xerfi Canal, les atouts de la France

.

banner