Les prix dans l’ancien suivent-ils à terme ceux du neuf ? Si tel est le cas, il devrait être plus facile de se loger en France dans les mois à venir, y compris à Paris, du moins si l’on en croit l’article publié dans Les Echos le 28 avril dernier. Les promoteurs semblent en effet se résoudre à baisser leurs prix, ce que les propriétaires de logements anciens ne font pas encore, ou alors dans une bien moindre mesure. Un autre article — ou plutôt un publirédactionnel —, commis dans La Figaro trois semaines auparavant prétendait pourtant qu’il fallait acheter pour « profiter de la stabilité des prix dans le neuf ».
Stabilité ? Selon Les Echos, qui se réfère au baromètre établit par trouver-un-logement-neuf.com, qui lui se base sur 4 100 programmes immobiliers de Paris et Ile-de-France, acheter un studio à Paris coûtait fin avril 44 000 euros de moins que six mois plus tôt ; 56 000 de moins pour un deux pièces ; 89 000 euros pour un trois pièces et même 169 000 euros pour un quatre pièces ! Pour les studios et les trois pièces, l’essentiel de la baisse a même eu lieu sur un seul mois ! Si cette tendance se poursuit, par sûr que la bulle se dégonfle tranquillement ni que l’atterrissage se fasse en douceur. Sauf peut-être pour Le Figaro…

 

banner