Nouveau Devialet 170 : plus petit, moins cher, toujours ultra performant et « made in France »

« Un jour, tout le monde aura un Devialet ». C’est avec cette affirmation que le site Internet de l’entreprise française accueille les visiteurs. Avec le D-Premier — aujourd’hui remplacé par le 240 — à 13 000 euros, ce n’était pas gagné ! Un tel modèle ne s’adresse en effet qu’à une clientèle de passionnés fortunés. A 6 990 euros, le Devialet 170 concerne déjà un peu plus de monde, tout aussi passionnés, peut-être un peu moins argentés. A 4 990 euros, le Devialet 110 peut en tenter encore un peu plus… En outre, jusqu’au 30 septembre 2013 et pour fêter l’arrivée des 110 et 170, la marque offre l’option Devialet Air — facturée 1 000 euros normalement —, pour pouvoir écouter la musique stockée sur n’importe quel autre appareil, cela sans le moindre fil et en qualité CD.
Malgré la division par deux du prix du ticket d’entrée, Devialet n’est toujours pas une marque accessible à tout le monde, mais la tendance est clairement à la baisse. C’était d’ailleurs l’esprit de l’augmentation de capital réalisée il y a quelques mois : démocratiser Devialet et sa technologie unique, révolutionnaire et 100% made in France. Selon les responsables de l’entreprise, l’objectif est de faire à terme de Devialet une marque omniprésente et incontournable dans le domaine de l’audio et de la télévision. D’où sans doute la petite accroche citée en début d’article… En attendant, Devialet ne fabrique en Normandie « que » des appareils audio d’exception, des tout-en-un chargés de remplacer d’autres machines encombrantes, souvent inesthétiques, moins performants et, lorsqu’on additionne leur prix respectif, aussi chers qu’un Devialet. Il suffit de relier le 110, le 170 ou le 240 à une paire d’enceintes — forcément de très bonne qualité —, puis à un baladeur, à un smartphone ou à un ordinateur. Finis les lecteurs CD, tuners et autres DAC… Ensuite, Devialet se charge de tout avec puissance, détail, élégance, esthétique, discrétion. Sans oublier l’évolutivité… Une des priorités de Devialet est en effet la lutte contre l’obsolescence. Un Devialet c’est peut-être — sans doute — cher à l’achat, mais c’est pour la vie. L’entreprise se charge en effet de faire évoluer constamment et gratuitement tous ses produits. Il suffit de télécharger les mises à jour… Plus besoin d’acheter un nouveau modèle pour bénéficier des derniers progrès techniques*. Si toutes les marques, quelles que soient leur spécialité, pouvaient en faire autant, on ferait tous beaucoup d’économies. Et cela épargnerait à notre environnement des millions de tonnes de matériel obsolètes que l’on ne sait pas recycler.

* Ces mises à jour concernent le logiciel, pas l’électronique. Qu’il est cependant possible de faire évoluer aussi, mais contre menue monnaie…

.

banner