Centrale flottante de Ciel et Terre a Okegawa, au Japon

Centrale flottante d’Okegawa, près de Tokyo. © Ciel et Terre

Pour qu’une centrale solaire soit intéressante, il faut qu’il y ait du soleil. Un minimum en tout cas… Mais il faut aussi, on n’y pense pas forcément, de l’espace pour l’installer. Pour remédier à un éventuel manque de place, au sol ou sur les toits, Ciel et Mer a inventé les panneaux solaires flottants. Cette PME lilloise a en effet développé et breveté la technologie Hydrelio, avec l’Institut français du pétrole et des énergies nouvelles (l’Ifpen) et l’Onera, le Centre français de recherche aérospatial. Une solution qui s’est déjà exportée au Japon, dont le territoire, montagneux et exigu, possède en revanche de nombreux réservoirs pour irriguer les rizières. La première centrale a été construite à Okegawa, dans la banlieue de Tokyo. Les 5 000 modules flottants de cette première centrale, fabriqués en Corrèze, peuvent accueillir tout type de panneaux photovoltaïques. Plusieurs autres projets du même ordre sont déjà planifié dans l’archipel. A défaut de rizières, le territoire français dispose de très nombreuses pièces d’eau qui pourraient, elles aussi, contribuer au développement de l’énergie solaire dans l’Hexagone, sans empiéter sur des terres agricoles.

 

.

banner