George Soros, un des financiers-spéculateurs qui font la pluie et le beau temps sur l’économie mondiale, a dernièrement délivré un message sans ambiguïté : « la France est l’homme malade de l’Europe ». Une sentence que nombre de médias se sont bien entendu empressés de relayer.
Pourtant, qu’un des membres du club très fermé des 0,001% les plus riches du monde affirme que la France n’a pas fait ce qu’il fallait pour devenir vertueux est plutôt une bonne nouvelle. Souhaitons-nous que Paris rivalise avec Londres et Moscou pour devenir la ville qui compte le plus grand nombre de milliardaires, histoire de faire grimper un peu plus le prix de l’immobilier et le coût de la vie en général ?
Pour avoir l’heur de plaire à Soros et Cie, il aurait visiblement fallu subir la saignée qu’à connue l’Espagne. Un pays qui, malgré les efforts consentis, n’est pas pour autant devenu « le jeune homme en pleine forme du continent ».

 

.

banner