logo-ig_371

Carole Delga, secrétaire d’État chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Économie sociale et solidaire, a officialisé le mercredi 3 juin l’entrée en vigueur du label Indication Géographique (IG) France pour les produits manufacturés et les ressources naturelles. C’est en quelque sorte l’équivalent des AOC de l’agro-alimentaire… Toutes les spécialités qui ont un fort ancrage local, à l’image des couteaux de Thiers, de la porcelaine de Limoges, de la dentelle de Calais, voire, pourquoi pas, des pulls marins ou des marinières de Bretagne, des chaussures de Romans ou de la bonneterie de l’Aube pourront désormais obtenir ce label. Les entreprises ou artisans d’une même région qui sont intéressés doivent se réunir et créer une structure commune, qui fera en leurs noms la demande d’homologation auprès de l’INPI, l’Institut national de la propriété intellectuelle. Ils devront notamment remplir un cahier des charges strict pour pouvoir obtenir cette homologation. Plutôt que de labelliser chaque entreprise pour tel ou tel produit, comme c’est le cas pour OFG par exemple, il s’agit ici de le faire pour un produit, une spécialité locale, ainsi que pour l’ensemble des artisans ou entreprises qui fabriquent le produit en question et qui sont membres de la structure ayant obtenu la certification. Tous pourront par conséquent apposer le logo IG France sur leurs productions. Un professionnel qui souhaite afficher ce logo peut, s’il respecte le cahier des charges et s’il est implantée dans la région concernée, demander à intégrer la structure en question. Un point mérite en revanche quelques éclaircissements : un fabricant qui bénéficie du label IG France pourra-t-il en faire profiter les marques dont il est le sous-traitant ? A vérifier…
Ce nouveau label « IG France » présente l’avantage d’être délivré par un organisme officiel. Il est donc l’Etat. Le gouvernement entend d’ailleurs jouer les précurseurs en Europe et inciter les autres pays à en faire autant. Ce que la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont jusqu’à présent vigoureusement refusé. On se demande bien pourquoi.

.