© EDF

© EDF

Même s’il s’agit encore d’un cas isolé, la petite centrale hydroélectrique du Rondeau inaugurée par EDF le 1er octobre dernier est peut-être le signe d’un changement d’époque. Implantée en ville, à Echirolles, en banlieue grenobloise, cette micro-centrale hydroélectrique — il s’agit malgré tout de la plus puissante de ce type — produit de l’électricité régulièrement, silencieusement et à proximité des consommateurs. Sa puissance de 2,2 MW permet de répondre à la consommation annuelle de 5 700 foyers vivant alentours. Première énergie renouvelable en France, l’hydroélectricité représente actuellement 10 % de la production d’EDF. L’entreprise s’est engagée à doubler la part des énergies renouvelables dans sa production d’ici à 2030, et l’installation de micro-centrales exploitant de petites chutes d’eau sera déterminante. Même si leur puissance installée restera faible, leur flexibilité permettra en effet de compenser l’intermittence des autres énergies renouvelables.

Turbine VLH, made in France

© VLH Turbine

Avec son architecture en grande partie enterrée, sa façade en pierre ou encore sa toiture végétalisée, la centrale du Rondeau a été construite pour s’intégrer le mieux possible au paysage, urbain en l’occurrence. Cœur de l’installation : quatre turbines VLH (Very Low Head), une technologie développée et brevetée en 2003 par MJ2 Technologies, un petite entreprise implantée à Millau. En plus de produire de l’énergie silencieusement — 60 décibels, soit le niveau sonore d’une conversation cordiale… —, ces turbines made in France ne traumatisent pas la faune aquatique. Les poissons peuvent en effet se faufiler sans dommage entre leurs pales, dont la vitesse de rotation n’excède pas cinquante tours par minutes. En alliant efficacité — une chute d’eau de 1,5 mètre suffit pour la faire fonctionner —, proximité, discrétion et respect de l’environnement, ces turbines semblent bien avoir tout pour elles.
Elles sont à ce jour pour l’essentiel exploitées par des privés qui désirent produire leur propre électricité. Elles ont en outre déjà été exportées en Italie — MJ2 Technologies appartient aujourd’hui à un groupe italien —, en Allemagne, en Belgique, en Croatie ou encore en Pologne. Et si, à présent, même EDF s’intéresse à elles…

VLH : une turbine made in France pour produire de l’électricité localement, facilement, discrètement

.

banner