Share

Quand ce sont des entreprises françaises qui sont rachetées par des concurrents étrangers, c’est le symbole du déclin de l’Hexagone, de l’incapacité de ses autorités à défendre son économie. Quand les acheteuses sont tricolores et qu’elles s’offrent par exemple des entreprises allemande, ce n’est pas le signe de leur bonne santé, mais celui de la fantastique attractivité de l’économie allemande. Quel que soit le cas de figure, ce n’est de toute façon jamais positif pour l’Hexagone. C’est en tout cas l’impression qui ressort à la lecture de certains titres de la presse. La fusion entre le Français Essilor et l’Italien Luxottica est ainsi décrite comme un rachat du premier par le second, nouvel avatar de la descente aux enfers de l’économie nationale, déjà mise en lumière lors du rapprochement de Lafarge et du Suisse Holcim, qui là aussi se ferait au seul profit du second. Pourtant, pour d’autres spécialistes, c’est bien Essilor qui à court terme prendra le contrôle de Luxottica à l’occasion du départ à la retraite du patron italien déjà très âgé, cela d’autant que la nouvelle entité aura son siège à Paris et qu’elle sera également cotée à la Bourse parisienne.
Il arrive aussi, sans discussion possible, que ce soit une entreprise française qui s'empare d’une étrangère — cf. la récente prise de contrôle d’Opel par PSA  — ; las, c’est le plus souvent une bien mauvaise affaire…

Alors que ce serait le manque de volontarisme des autorités françaises qui expliquerait les rachats successifs de fleurons nationaux  — Alstom (énergie) par GE, Alcatel-Lucent par Nokia… —, l’actualité tend à prouver le contraire : ces autorités se sont ainsi opposées — ou s’opposent encore — à ce que l’équilibre soit revu au profit de Nissan et au détriment de Renault au sein de leur Alliance ; à ce que l’Italien Fincantieri prenne le contrôle pur et simple des chantiers navals de Saint-Nazaire (STX), ou encore à ce que Volvo vende la branche militaire de Renault Trucks à un fonds d’investissement anglo-saxon. Pour ces deux dernières opérations, aucun accord n’a encore été trouvé. Ce rôle actif de l’Etat trouve-t-il un échos positif pour autant ? Loin s’en faut, car cet interventionnisme serait au contraire une catastrophe pour les entreprises françaises.
Ces articles et autres opinions sont-ils une simple illustration de plus du goût prononcé des Français pour l’autodénigrement, ou derrière eux se cache en réalité quelque biais ou arrière-pensée politico-idéologique ?

.

asyaliporno.net tecavuzpornolar.com ucretsizmobilporno.com liselipornolar.org izlemobilporno.org
banner