Le prototype n°1 du Seabubbles sur la Seine. © Image Seabbubles

Le prototype n° 1 de Seabubbles a effectué sa première démonstration sur la Seine mercredi 14 juin. Inventé par le Français Alain Thébault, le père de de l’hydroptère, et le Suédois Anders Bringal, ancien champion du monde de planche à voile, le Seabubbles est un petit bateau volant électrique, silencieux qui ne provoque quasiment aucun remous, aucun sillage lorsqu’il circule. En outre, puisque qu’il s’élève et volent au-dessus de l’eau, les passagers ne ressentent pas le roulis et ne souffrent donc pas du mal de mer.
L’espoir des inventeurs et fondateurs de l’entreprise est de faire de ce petit véhicule une des solutions pour circuler en ville autrement, dès demain.
Lorsqu’ils ne circuleront pas, les Seabubbles seront stationnés dans des stations où il seront rechargés grâce au soleil, au vent et aux mouvements du fleuve ou de la mer. Ils pourront être réservés via un appli mobile, comme le sont les Autolib aujourd’hui. Avec leur quatre places passagers, ils pourront compléter avantageusement les taxis et les transports en commun traditionnels.

Dock où les Seabbubbles stationneront et se rechargeront. © Seabbubles

Prochaines étapes : deux semaines de tests et d’essais sur la Seine en septembre prochain, puis un tour du monde pour démontrer l’utilité et l’efficacité de ce nouveau mode de transport. Si tout se passe comme prévu, l’industrialisation des Seabubbles et des Docks — les pontons de stationnement-rechargement — devrait débuter en 2018.
La ville de Paris s’est engagée à être la première à commander des Seabubbles. De nombreuses autres villes ont également fait part de leur intérêt.

.