Vestes et jeans en DenmLin, un tissu créé par Doa. C’est donc une exclusivité de la marque. © Dao

S’il s’agit encore d’une pièce rare, le jeans made in France n’est plus introuvable. Des marques comme 1083, La Gentle Factory, Spineli Design, Galucebo, Atelier de la Venise normande, l’Atelier Tuffery et d’autres encore proposent en effet plusieurs modèles, pour homme et pour femme, à des tarifs équivalents à ceux des marques moyen haut de gamme venues d’ailleurs. Certaines parmi ces marques sont utilisent une toile tissée et teinte en France, comme chez Galucebo. Les autres en revanche ont recours à du denim importé. Mais puisque la toile de jeans est traditionnellement en coton, aucun ne peut se vanter d’employer une matière première locale.
Aucun sauf Dao, une marque nancéienne dont le fondateur s’est mis en tête de commercialiser un jean qui a « poussé » en France. Faute de coton qui accepte de s’épanouir sous nos latitudes, il a fallu trouver une autre plante, en l’occurrence le lin. Dommage en effet de ne pas utiliser cette ressource, alors que l’Hexagone en est le premier producteur mondial. Cela d’autant qu’en plus d’être magnifique lorsqu’il est en fleurs, un champ de lin a l’immense mérite de se contenter de la terre, de la pluie et du soleil. Pas de gaspillage d’eau, pas d’engrais, pas de pollution.

Dao, se sont des jeans fabriqués à la main, à Nancy, par Romain et Davy, le fondateur de la marque. © Dao

Vingt-quatre mois de travail ont été nécessaires pour mettre au point le DenimLin, une exclusivité créée par Dao et Valrupt Industrie, un tisseur-filateur implanté dans les Vosges. Avec ce denim 100 % made in France qui associe lin et élasthanne, Doa et ses partenaires allient innovation, écologie et fabrication locale. Pour faire passer le DenimLin de l’état de prototype à celui de vêtements, une campagne de financement participatif a été lancé il y a quelque jours. Au programme : un jeans femme — coupe droite et coupe slim —, un pour homme — droit et demi-slim —, un t-shirt pour les unes et un pour les autres ainsi qu’une veste, mixte. Les objectifs de Dao on été surpassés après quelques jours seulement et il s’agit désormais de perfectionner les jeans, de les rendre encore plus « exclusifs » et de constituer des stocks pour répondre à la demande qui, forcément, va monter en flèche. Il est aussi question de créer deux emplois pour faire face au développement prévisible. Car Dao a une autre particularité : la marque fabrique elle-même ses jeans dans son atelier-boutique nancéien. Seul lors de la création de sa marque en 2014, Davy Dao a depuis embauché un salarié, qu’il a formé et qui désormais l’aide à confectionner, toujours à la main, les jeans maison.
Dao n’est pas né avec le DenimLin, la marque créant et commercialisant en effet des pantalons depuis bientôt quatre ans : des produits fabriqués à Nancy et en Ile-de-France, qui étaient jusqu’à présent confectionnés dans des tissus importés d’Allemagne, d’Espagne, de Grande-Bretagne et du Japon. Grâce au DenimLin, la France s’ajoutera donc dès demain à cette liste de pays fournisseurs.

.