© SeaBubbles

Ce n’est pas en France, mais en Suisse que les SeaBubbles feront leurs débuts, en avril 2018. La faute à une législation trop contraignante qui limite la vitesse de circulation sur la Seine à seulement 12 km/h, alors que les petites embarcations électriques ont besoin d’une vitesse minimale de 18 km/h pour pouvoir s’élever au-dessus de l’eau, puis pour naviguer.
Un compromis vient heureusement d’être trouvé entre le fabricant des SeaBubbles et les autorités parisiennes et plus largement françaises. Selon L’Usine nouvelle, la limitation de vitesse a en effet été portée à 30 km/h, le temps de l’expérimentation.
Plus rien ne s’oppose donc désormais à l’arrivée dans la capitale française de ces petits véhicules — inventés par un Français et un Suédois —, qui devraient apparaître sur la Seine au cours de l’été 2018. Les responsables de l’entreprise ont même demandé au Stif, le syndicat des transports d’Ile-de-France, d’inclure les prestations de leurs futurs taxis fluviaux sur le Pass Navigo.
Traverser silencieusement Paris, sur l’eau, sans le moindre remous mais les cheveux au vent, en évitant bouchons, énervement et pollution, c’est peut-être pour demain.

.