Made in Bangladesh, France Culture

France Culture consacre cette semaine son Magazine de la rédaction au made in Bangladesch. Certes le made in France est important, mais comprendre pourquoi il a tant de mal à trouver sa place l’est tout autant. Ainsi, l’infographie mise en ligne sur le site Internet de la radio permet de comprendre pourquoi intermédiaires, marques et distributeurs ont tout intérêt à ce que rien ne change. Bien sûr, le textile importé des pays à très bas coûts permet aux moins fortunés de s’habiller. C’est d’ailleurs l’argument principal des détracteurs de tout poil qui condamnent la fabrication française : celle-ci coûterait beaucoup trop cher et si elle devait se généraliser, ce sont les consommateurs qui en pâtiraient. Mais alors pourquoi des marques beaucoup plus haut de gamme fabriquent eux aussi au Bangladesh ou ailleurs, alors que leurs vêtements sont vendus très chers ?
Quand on constate que ces intermédiaires, marques et autres magasins s’accaparent plus de 60 % du prix de vente d’un jeans ou d’un blouson importés du Bangladesh, on comprend que les grands gagnants de l’opérations ne sont pas ceux qu’ils prétendent être. On comprend aussi qu’ils n’ont pas du tout envie de vendre des marchandises fabriquées dans l’Hexagone… Et les ouvriers bangladais dans tout ça, combien « coûtent-ils » ? Pas plus de 2% du prix de vente… Les matières premières comptent quant à elles pour 12 %, le transport pour 0,31 %. Il va en falloir des augmentations du pétrole avant que le coût du transport ne devienne un vrai obstacle aux délocalisations…

Made in Bangladesh, diffusé le 22 novembre à 18 h 00 sur France Culture. Ce documentaire radio sera également diffusé sur France Inter dans le cadre du magazine Interception, le dimanche 24 novembre à 9 h 00.

 

 

banner